Il semblerait que tu navigues depuis un mobile ou une tablette. Ce guide est trÚs dense, donc pour une navigation optimale, on te conseille de le consulter sur ordinateur :)

LE GUIDE DU MARKETING RESPONSABLE

35 bonnes pratiques pour se lancer

En bonus :
⭐ 50+ exemples pour vous inspirer
💎 10 templates Ă  rĂ©utiliser
🚀 1 infographie rĂ©capitulative Ă  tĂ©lĂ©charger

télécharger l'infographie récapitulative

Pour lire le guide, c'est par ici !

Au programme de ce guide :

Introduction

Le guide du marketing responsable a été co-écrit par 30+ membres de Marketing Flow. Nous sommes des entrepreneur·e·s et marketeur·euse·s engagé·e·s qui travaillent au quotidien pour développer des entreprises à impact positif plus rapidement. Nous sommes conscient·e·s que la décroissance et la sobriété sont nécessaires pour créer un avenir souhaitable. Et pour y parvenir, nous sommes persuadé·e·s que le marketing a un rÎle à jouer. 

‍

Aujourd’hui le marketing n’a pas bonne presse, et c’est normal ! Les entreprises ont trop longtemps abusĂ© de techniques peu Ă©thiques pour pousser Ă  l’achat : beaucoup de relances email, pas RGPD, biais cognitifs, dark pattern, tromperie sur les conditions de retours, etc.

‍

Ce guide a pour vocation de changer notre regard sur le marketing et de partager 35 bonnes pratiques à appliquer pour pratiquer un marketing plus humain et responsable. 

‍

💡 Minute disclaimer : 

1 - Au premier abord, il peut sembler difficile d’appliquer l’ensemble des 35 bonnes pratiques. Ce n’est pas grave, personne n’est parfait. Le principal est d’essayer d’en appliquer une majoritĂ© et de ne jamais arrĂȘter de s’amĂ©liorer. 

2 - Dans ce guide il y a plus d’exemples B2C que B2B. La raison est simple : les entreprises B2B ont du retard sur ces sujets et feraient donc bien de s’inspirer des entreprises B2C ;). N’oublions pas que derriùre chaque professionnel, il y a un particulier. 

‍

😇 Minute modestie : 

Nous ne pensons pas avoir la science infuse sur le sujet. Ce guide est le fruit de 7 mois de travail. C’est une version 1 qui doit ĂȘtre amĂ©liorĂ©e. Vous avez une suggestion, une idĂ©e, un exemple Ă  ajouter ? Vous n’ĂȘtes pas d’accord ? On est tout ouĂŻe :). 

‍

🧐 Comment lire ce guide :

Le guide est composĂ© de 4 piliers qui rassemblent chacun des bonnes pratiques Ă  appliquer avec des exemples concrets pour vous inspirer. Si vous ĂȘtes plus visuel que textuel, vous pouvez tĂ©lĂ©charger notre infographie. 

INFOGRAPHIE RÉCAPITULATIVE

Téléchargez gratuitement la synthÚse de ce guide :

télécharger
Pilier N°1

Mission : Comment mettre l'impact positif au centre de sa mission d'entreprise ?

Lorsque l'on a commencé à travailler sur ce guide avec les membres de la communauté, on s'est tou·te·s aligné·e·s sur une chose : le Marketing Responsable commence par la mission d'entreprise et comment on y insuffle du sens et de l'impact. C'est la base.

‍

Une “mission” pour une entreprise, c’est sa raison d’ĂȘtre. Et non, ce n’est pas quelque chose de flou avec de jolis mots qui ne veulent rien dire, c’est du concret. C’est une boussole, un phare auquel on se rĂ©fĂšre pour toutes les dĂ©cisions que l’on doit prendre, de la plus stratĂ©gique Ă  la plus opĂ©rationnelle.

‍

Depuis le 22 mai 2019, la loi PACTE a mĂȘme permis de dĂ©finir ce qu’est une entreprise Ă  mission (

article 176 de la loi du 22 mai 2019) : il est dĂ©sormais possible d’intĂ©grer cette notion de “mission” et de “raison d’ĂȘtre” dans les statuts de son entreprise. La raison d’ĂȘtre est d’abord soumise au greffe du Tribunal de Commerce. Un organisme indĂ©pendant est ensuite mandatĂ© pour vĂ©rifier que l’entreprise exĂ©cute correctement les objectifs sociaux et environnementaux qu’elle a mentionnĂ©s dans ses statuts. C’est une maniĂšre pour l’entreprise de prendre des engagements forts et montrer qu’elle fait tout pour s’y tenir !

‍

Et par consĂ©quent, plus une mission d’entreprise est claire et assumĂ©e, plus il est facile pour les Ă©quipes Marketing de faire passer des messages forts qui vĂ©hiculent les valeurs de l’entreprise. Cela permet de toucher la bonne cible et de convertir un maximum de leads en clients.

1. Impliquer toutes les parties prenantes pour définir sa mission d'entreprise à impact positif

DĂ©finir une mission pour son entreprise, c’est facile. Il “suffit” de se poser 15 minutes et de rĂ©diger quelques phrases. Mais tenir ses engagements et faire transparaĂźtre sa mission Ă  tous les niveaux de l’entreprise, du service compta au service marketing, des opĂ©rateurs stratĂ©giques aux opĂ©rateurs les plus opĂ©rationnels, c’est bien plus difficile.


DĂ©finir sa mission d’entreprise seul et dans son coin, c’est prendre le risque d’entrer dans le cercle vicieux des engagements qui ne sont jamais tenus ! Puisqu’il n’y a aucun garde-fou pour s’assurer que les dĂ©cisions prises sont conformes Ă  la direction dans laquelle l’entreprise s’est engagĂ©e Ă  aller.

‍

Donc pour faire simple : plus votre mission d’entreprise sera le fruit d’une rĂ©flexion collective entre vos diffĂ©rentes parties prenantes, plus elle transpirera Ă  tous les niveaux, de Jean-Michel Compta qui doit rĂ©gler un litige avec un des fournisseurs, Ă  Michelle Marketing qui doit dĂ©cider d’un nouveau partenariat.

‍

Pour faire encore plus simple : il s’agit de passer d’un systĂšme vertical (oĂč une seule personne prend des dĂ©cisions et demande aux autres de l’appliquer) Ă  un systĂšme horizontal (oĂč chacun peut donner son avis et mettre sa pierre Ă  l’édifice). Tout simplement.

‍

C’est bien beau ces belles phrases, mais concrùtement on fait comment ? Patience, ça arrive :

👉 Bonne pratique #01 : Mobiliser ses collaborateur·trice·s pour dĂ©finir une mission d’entreprise centrĂ©e sur l’impact positif qui sera le socle de la culture d’entreprise.

Si vous avez une petite structure (1-20 collaborateurs), ce n’est pas compliquĂ© : il suffit d’organiser une matinĂ©e de co-construction en prĂ©sentiel ou en visio. 

‍

Et si vous ĂȘtes en panne d’inspiration, voici comment organiser cette session : 

  1. Accueil de vos collaborateurs avec un petit cafĂ© et un croissant, c’est quand mĂȘme plus sympa.
  1. PrĂ©sentation de l’objectif de la session : rĂ©flĂ©chir ensemble sur l’objectif long terme que vous voulez atteindre avec l’entreprise. Le but est de trouver rĂ©ponse Ă  la question “notre entreprise aide qui Ă  atteindre quel objectif ?”. 
  1. Ice breaker : vous trouverez plein d’idĂ©es ici. L’idĂ©e est de prĂ©voir 10-15 minutes de jeu pour briser la glace, et mettre tous les collaborateurs Ă  l’aise avant de rentrer dans des discussions plus profondes.
  1. Exercice 1 : Donnez les 2 ou 3 raisons pour lesquelles vous avez postulĂ© afin de rejoindre l’entreprise. Qu’est-ce qui vous a motivĂ©.e ? En visio, vous pouvez utiliser Answer Garden pour faire ça sous forme de nuage de mots. En prĂ©sentiel, vous pouvez utiliser des affiches avec des post-its. Quand des mots reviennent plusieurs fois, mettez-les ensemble et demandez aux personnes qui les ont notĂ©s de rĂ©agir et d’expliquer ce qu’elles ont voulu dire : prenez des notes bien sĂ»r ! Pour prendre des notes, vous pouvez par exemple utiliser un tableau Miro que vous projetez sur un Ă©cran (voici une petite vidĂ©o tuto pour apprendre Ă  utiliser cet outil).
  1. Exercice 2 : Qu’est-ce qui vous motive Ă  vous lever le matin pour venir travailler ? Idem, vous pouvez faire un nuage de mots ou utiliser des post-its et demander plus de dĂ©tails Ă  ceux qui ont mentionnĂ© plusieurs fois les mĂȘmes mots-clĂ©s.
  1. Exercice 3 : À votre avis, en quoi notre entreprise transforme le monde ? Quel est son objectif ultime Ă  long terme ? Les nuages de mots ne sont peut-ĂȘtre pas le plus pratique pour cette question (et la suivante) car elle demande un peu d’explications. Vous pouvez par exemple crĂ©er un Google Doc partagĂ©.
  1. Exercice 4 : À votre avis, quel challenge du monde actuel notre entreprise peut-elle aider Ă  faire face ? À la fin de la session, vous devriez avoir des mots-clĂ©s ou des phrases qui vous seront utiles pour dĂ©finir votre mission d’entreprise, en prenant en compte l’avis de vos autres parties prenantes.

‍

Comme vous le voyez, les 2 premiers exercices sont avant tout centrĂ©s autour de l’expĂ©rience de vos collaborateurs. Cela permet de rentrer doucement dans le vif du sujet en les faisant d’abord parler de choses connues et vĂ©cues, mais aussi de prendre en compte ces Ă©lĂ©ments dans la dĂ©finition de votre mission d’entreprise. Rappelons-le, une mission d’entreprise concerne les clients, mais aussi les collaborateurs : c’est un objectif global vers lequel tendre.

‍

Si vous avez une grande structure (plus de 20 collaborateurs), demandez à vos managers de piloter une session identique avec leurs équipes, chacun de leur cÎté et de vous envoyer un document récapitulatif à la fin.

‍

Exemples cool et inspirants :

  • La Classe Verte a utilisĂ© un Business Canvas revisitĂ© pour dĂ©finir sa mission d’entreprise. Marie-Lou et Tiphaine, les co-fondatrices, ont un peu modifiĂ© le template original en plaçant la Raison D’Être au milieu du Canvas. Elles ont ensuite complĂ©tĂ© chaque case avec leurs collaborateurs. Le template est en tĂ©lĂ©chargement gratuit ici.
  • We GoGreenR a dĂ©fini sa mission en collaboration avec ses Ă©quipes, Ă  l’occasion d’un sĂ©minaire de rentrĂ©e. Le dĂ©but du sĂ©minaire a d’ailleurs commencĂ© par le visionnage de cette vidĂ©o, qui rĂ©sume en 18 minutes le livre de Simon Sinek “Start With Why”. Cela leur a aussi permis de crĂ©er un socle solide pour dĂ©finir leur plateforme de marque et crĂ©er un sentiment d’appartenance et de cohĂ©sion trĂšs fort entre les collaborateurs. Plus d’infos dans cet Ă©pisode de Podcast de L’Effet Marketing.

‍

  • L’ice breaker qu’on a utilisĂ© juste avant de rĂ©fĂ©chir sur la mission d’entreprise de Marketing Flow : 

💎 Templates :

  • Le Business Canva revisitĂ© de La Classe Verte
  • Tableau Miro pour rĂ©flĂ©chir avec vos Ă©quipes en visio

👉 Bonne pratique #02 : Mobiliser ses client·e·s et fournisseurs pour dĂ©finir une mission d’entreprise qui a du sens et qui donne envie de prendre part Ă  l’aventure.

Au mĂȘme titre que vos collaborateur·trice·s, vos client·es (si vous en avez dĂ©jĂ ) et vos fournisseurs sont une source de rĂ©flexion importante quand on travaille sur sa mission d’entreprise. DĂ©jĂ  parce qu’ils ont le choix d’acheter ou de travailler avec vous ou pas (ou de choisir vos concurrents). Mais aussi parce qu’ils·elles sont directement concerné·e·s par vos dĂ©cisions stratĂ©giques et votre mission : quel service allez-vous lancer l’annĂ©e prochaine ? Avec qui allez-vous travailler le mois prochain ? Quelle matiĂšre allez-vous favoriser ? Etc.

‍

En revanche, organiser une demi-journĂ©e de brainstorming avec ses client·es et ses fournisseurs est peut-ĂȘtre moins facile qu’avec ses collaborateur·trice·s ! 

‍

Dooooonc, envoyez-leur tout simplement un questionnaire :) Attention, tou·te·s vos client·es ne sont pas les plus Ă  mĂȘme de vous aider sur cette tĂąche : sĂ©lectionnez les plus fidĂšles (une dizaine si vous ĂȘtes en B2B, une centaine si vous ĂȘtes en B2C). Ils·elles seront les mieux placé·e·s pour vous aider. Idem pour vos fournisseurs.

‍

Voici les 4 questions que vous pouvez poser dans le questionnaire : 

  1. Pour quelle.s raison.s avez-vous décidé de travailler avec nous / acheter nos produits ? 
  1. Selon vous, comment contribuons- nous positivement Ă  l’intĂ©rĂȘt gĂ©nĂ©ral aujourd'hui ?

(Ex : Quel est l'impact des produits et services commercialisés ? Quelle valeur apporte-t-on aux employé·es, à vous, à la société ?)

  1. Selon vous, quels sont les principaux impacts négatifs liés à notre activité ?
  1. À votre avis, à quel challenge du monde actuel notre entreprise aide-t-elle à faire face ?
  1. Qu’attendez-vous de nous en termes d’engagements dans les prochaines annĂ©es ?

‍

On vous a mĂȘme prĂ©parĂ© un template ;)

💎 Templates :

  • Email Ă  envoyer Ă  vos client·es et fournisseurs pour leur proposer de participer Ă  l’élaboration de votre mission d’entreprise
  • Questionnaire pour vos client·es
  • Questionnaire pour vos fournisseurs

2. Formuler sa mission d’entreprise pour qu’elle soit comprĂ©hensible facilement et par tout le monde

Passer du temps à formuler sa mission d’entreprise correctement, c’est vraiment trùs important. Pour plusieurs raisons :

  1. Elle doit ĂȘtre portĂ©e par les salarié·es et parties prenantes : si c’est trop compliquĂ© Ă  comprendre et Ă  retenir, personne n’en parlera aux dĂźners de famille ou au prochain afterwork du coworking.
  2. Plus elle est simple, plus il est facile de s’assurer que les dĂ©cisions prises sont bel et bien en accord avec votre mission.
  3. Cela permet d’éviter les flous et donc le greenwashing (c’est-Ă -dire le fait de parler d’impact positif, alors qu’il n’est pas au cƓur de son offre et de sa mission d’entreprise).

‍

L’objectif n’est pas que votre mission dorme gentiment sur les statuts de votre entreprise, mais qu’elle soit facilement identifiable et donc mise en pratique.

Voici nos meilleurs conseils pour y arriver 👇

👉 Bonne pratique #03 : RĂ©sumer sa mission d’entreprise en une phrase de maniĂšre courte, factuelle et simple.

Écrire sa mission d’entreprise n’est pas si facile. Cela demande une gymnastique d’esprit et de mots pour vous assurer que tout le monde la comprenne.

‍

Voici 3 rùgles d’or à respecter : 

‍

  1. Elle doit ĂȘtre courte

✅ Utilisez une structure Sujet + Verbe + ComplĂ©ment.

❌ Éviter les points virgules, les listes, les numĂ©rotations.

‍

  1. Elle doit ĂȘtre factuelle 

✅ Appelez un chat un chat : nommez clairement l’ennemi que vous souhaitez combattre, les liens que vous souhaitez crĂ©er, etc.

❌ Évitez de mentionner des grands concepts flous qui regroupent eux-mĂȘmes plusieurs concepts comme “le dĂ©veloppement durable” par exemple.

‍

  1. Elle doit utiliser des mots simples du langage courant

✅ Écrivez une phrase que vous auriez pu dire Ă  un repas de famille : votre neveu de 6 ans doit pouvoir comprendre la phrase, tout comme mĂ©mĂ© Paulette.

❌ Évitez les mots techniques et le jargon.

‍

Commencez par Ă©crire plusieurs phrases qui rĂ©sument l’objectif que vous voulez atteindre avec votre entreprise (bien sĂ»r, inspirez-vous des sessions de rĂ©flexion rĂ©alisĂ©es avec vos parties prenantes). Puis Ă©toffez en suivant les 3 rĂšgles d’or pour ne garder qu’une seule phrase.

‍

#Tips : Commencer par un verbe peut vous aider à trouver une formulation impactante 😉

‍

Exemples de missions d’entreprise courtes, factuelles et rĂ©alistes :

  • FAGUO : Engager notre gĂ©nĂ©ration contre le dĂ©rĂšglement climatique.
  • Too Good To Go : Lutter contre le gaspillage alimentaire.‍
  • Omeva : Permettre Ă  l’Homme d’avoir un impact positif sur son environnement par le travail.

3. Afficher fiùrement sa mission (et s’engager à la respecter)

Bien, bien, bien : on vient de vous donner plein de conseils pour poser votre mission d’entreprise Ă  plat sur papier. C’est dĂ©jĂ  du beau boulot  đŸ’Ș

Maintenant, il est temps de le faire savoir au monde entier (en toute humilitĂ© hein). DĂ©jĂ  parce qu’afficher fiĂšrement votre mission d’entreprise permet de nourrir votre site internet avec du contenu intĂ©ressant pour vos prospects. Mais aussi parce que c’est une maniĂšre de vous “mouiller” en assumant publiquement que vos futures dĂ©cisions seront prises en adĂ©quation avec celle-ci. C’est fort comme promesse !

👉 Bonne pratique #04 : S’assurer que la mission est vĂ©hiculĂ©e par tou·te·s les collaborateur·trice·s Ă  l’intĂ©rieur et Ă  l’extĂ©rieur de l’entreprise.

Vous connaissez l’adage : vos salarié·es sont vos premier·Úre·s prescripteur·trice·s. Les embarquer dans l’histoire de votre mission est donc primordial pour qu’ils·elle·s vĂ©hiculent les bonnes valeurs et les bons messages autour d’eux·elle·s.

‍

Voici donc quelques conseils pour les sensibiliser au maximum à votre mission et les inciter à l’incarner au quotidien dans leur travail et à la maison : 

‍

#recrutement : 

  • Mentionnez vos valeurs et votre mission dans vos offres d’emploi : c’est votre toute premiĂšre interaction avec vos futur·e·s collaborateur·trice·s.

C’est ce que fait MakeSense dans ses offres d’emploi : 

‍

  • En entretien, parlez de votre mission et demandez aux candidat·es s’ils ont une sensibilitĂ© particuliĂšre avec celle-ci : ça permet de planter la graine !

‍

#intégration :  

  • Dans le parcours d’intĂ©gration de vos collaborateur·trice·s, commencez par leur montrer les rĂ©sultats concrets que vous avez obtenus grĂące Ă  vos engagements : un exemple vaut mille mots, et vous montrez ainsi directement que votre mission occupe une place primordiale dans la vie de votre entreprise.

‍

#viedentreprise :  

  • Dans vos team buildings, intĂ©grez des activitĂ©s qui font Ă©cho Ă  votre mission d’entreprise (on vous donne plein d’outils cool juste en dessous 👇) pour permettre Ă  vos salarié·e·s de tisser des liens autour de valeurs communes (et pas seulement autour du travail).
  • Partagez rĂ©guliĂšrement Ă  tous les collaborateur·trice·s les actions menĂ©es et les engagements que vous avez rĂ©ussi Ă  tenir.

‍

C’est avec ce genre d’initiatives que vous parviendrez Ă  crĂ©er une vraie culture d’entreprise centrĂ©e autour de votre mission et que vos collaborateur·trice·s finiront par s’approprier le sujet et devenir force de proposition pour aller encore plus loin dans vos engagements. Ce seront alors les mieux placĂ©s pour porter votre mission et en parler autour d’eux·elles !

‍

Exemples cool d’entreprises qui ont rĂ©ussi Ă  crĂ©er cette culture d’entreprise :

  • Auguste Marques, ChargĂ© de DĂ©veloppement et de Relations extĂ©rieures Ă  la MAIF, a crĂ©Ă© la communautĂ© des EngagĂ©s Ă  Marseille. L’objectif : fĂ©dĂ©rer les acteurs engagĂ©s du territoire (Aix-Marseille) pour crĂ©er des synergies. Au programme : un coworking, des afterworks, des tables rondes, des confĂ©rences. Si l’initiative est d’abord venue de sa part en publiant chaque lundi une vidĂ©o sur LinkedIn, la MAIF (dont vous retrouverez les engagements ici) a immĂ©diatement soutenu le projet, lui laissant une totale libertĂ© du moment que les actions menĂ©es rentrent dans le cadre du 5Ăšme objectif social de la mission d’entreprise : “Promouvoir le dĂ©veloppement de modĂšles d'entreprises engagĂ©es dans la recherche d'impacts positifs”. Un bel exemple d’engagements qui inspirent les salariĂ©s Ă  porter la mission et qui, de facto, la transforment en actions concrĂštes.
  • Chez WeGoGreenR, Ă  chaque nouvel onboarding, le nouveau·elle collaborateur·trice reçoit un “brand book” qui rĂ©sume la mission, les valeurs et la signature de l’entreprise. Et en plus de ça, il y a toujours un moment d’échange avec la CEO pour expliquer tout le travail collaboratif qui a permis de gĂ©nĂ©rer ce brand book. 
  • Nature & DĂ©couvertes a crĂ©Ă© un mini site avec un sous-domaine dĂ©diĂ© Ă  ses salarié·es : recrutement, intĂ©gration des nouveaux·elles, mentorat, etc. Ils dĂ©taillent leur mission, leurs valeurs et mettent en avant toutes les actions mises en place dans l’entreprise (parrainage, mentorat, formation) pour faciliter l’intĂ©gration des nouveaux.

‍

Ressources et outils cool pour vous aider à sensibiliser et mobiliser vos collaborateur·trice·s : 

👉 Bonne pratique #05 : Communiquer publiquement sur sa mission d'entreprise.

C’est la derniùre bonne pratique de ce premier Pilier, mais pas des moindres ! Plusieurs options s’offrent à vous pour communiquer publiquement votre mission d’entreprise, et voici quelques exemples : 

  1. Lui dédier une page de votre site internet, accessible facilement.
  2. Rédiger et diffuser un Communiqué de Presse.
  3. Insérer votre mission sur vos supports de communication print (kakémonos, flyers, cartes de visite, etc.).
  4. Publier vos engagements sur vos rĂ©seaux sociaux sous forme de vidĂ©o, d’article, ou autre.
  5. Lui dédier un petit encart dans toutes vos newsletters.
  6. Rappeler votre mission dans tous vos emails transactionnels (démarchage, panier abandonné, commande confirmée, livraison en cours, etc.).

‍

En bref, toute occasion est bonne Ă  prendre !

‍

Outre l’argument Marketing indĂ©niable et la visibilitĂ© que cela pourra vous apporter, c’est surtout une maniĂšre de vous engager Ă  respecter vos engagements. Parce qu’une fois qu’on a diffusĂ© le message auprĂšs de ses visiteurs, prospects et client·e·s, on ne peut plus faire machine arriĂšre ! 😉

‍

Exemples :

  • Explora Project a dĂ©diĂ© un onglet complet Ă  la diffusion de sa mission d’entreprise : ses engagements sont donc accessibles directement depuis le menu principal du site internet. Quand on fait du Marketing, on sait que l’espace du menu est restreint, alors consacrer un espace Ă  sa mission, c’est osĂ© et engagĂ©.

‍

‍

  • Le CTO d’OMAJ a fait un post LinkedIn pour annoncer la mission de l’entreprise, en prĂ©cisant en commentaires les 5 objectifs stratĂ©giques qui en dĂ©coulent.

‍

  • Clear Fashion a crĂ©Ă© une page “Kit presse” accessible directement depuis le footer de son site. On peut alors accĂ©der au dernier CommuniquĂ© de Presse, qui rappelle la mission de l’entreprise (“Faire de la transparence dans la mode la norme”).

CE QU'IL FAUT RETENIR

Pour mettre l'impact positif au centre de son projet d'entreprise :

  • Mobiliser ses collaborateur·trice·s pour dĂ©finir une mission d’entreprise centrĂ©e sur l’impact positif qui sera le socle de la culture d’entreprise
  • Mobiliser ses client·e·s et fournisseurs pour dĂ©finir une mission d’entreprise qui a du sens et qui donne envie de prendre part Ă  l’aventure
  • RĂ©sumer sa mission d’entreprise en une phrase de maniĂšre simple, factuelle et rĂ©aliste
  • S’assurer que la mission est vĂ©hiculĂ©e par tous les collaborateur·trice·s Ă  l’intĂ©rieur et Ă  l’extĂ©rieur de l’entreprise
  • Communiquer publiquement sur sa mission

INFOGRAPHIE RÉCAPITULATIVE

Téléchargez gratuitement la synthÚse de ce guide :

télécharger
Pilier N°2

Conception : Comment penser une offre utile et durable ?

Dans ce pilier, on ne va pas parler de la fabrication pure et dure d’un produit ou de la mise Ă  disposition d’un service. Non. Ça c’est surtout le travail des designers et des Ă©quipes logistiques 😉 

‍

Regardons de plus prĂšs le cycle de crĂ©ation d’une nouvelle offre : 

  1. #etudedemarché - Trouver une idée de produit / service : il doit avoir une vraie utilité.
  2. #fabrication - Le construire : il doit avoir l’impact le plus faible et utiliser des matiĂšres premiĂšres Ă©co-responsables.
  3. #format - Penser sa distribution : elle doit avoir le moins d’impact possible. 
  4. #prixdevente - Fixer un prix : il doit ĂȘtre juste pour tout le monde.

‍

Dans ce cycle, le marketing intervient Ă  toutes les Ă©tapes, mais nous faisons le choix de ne pas dĂ©velopper l’étape numĂ©ro 2 car nous ne sommes tout simplement pas experts en fabrication. 

‍

Voici quand mĂȘme quelques pistes : minimiser l’impact de ses produits (utiliser le moins de piĂšces par exemple) et allonger leur durĂ©e de vie (amĂ©liorer la rĂ©sistance, rendre possible la rĂ©paration et le reconditionnement).  

‍

On va donc se concentrer sur les 3 autres Ă©tapes avec un objectif en tĂȘte : s’assurer de dĂ©livrer le bon produit Ă  la bonne personne, Ă  un prix juste.

‍

Allez, c’est parti, on vous montre tous les leviers sur lesquels vous pouvez agir :

1. S’assurer qu’il y a un vrai besoin avant de crĂ©er son offre

Lancer un produit qui existe dĂ©jĂ  sur le marchĂ©, parce que c’est tendance et qu’on voit passer plein de pubs avec beaucoup de likes, ça n’a aucun intĂ©rĂȘt pour le monde dans lequel on vit. Et lancer une nouvelle offre simplement parce qu’on a eu l’idĂ©e est la meilleure maniĂšre de se louper. 

‍

Alors avant de se lancer tĂȘte baissĂ©e, prenez le temps de faire quelques recherches 😉 Les deux prochaines bonnes pratiques vont vous aider :

👉 Bonne pratique #06 : RĂ©aliser une Ă©tude de marchĂ© pour confirmer le problĂšme Ă  rĂ©soudre et comprendre pourquoi les solutions existantes ne sont pas suffisantes.

L’étude de marchĂ© est la mĂ©thode la plus sous-cotĂ©e pour se retrouver le plus rapidement possible devant sa cible idĂ©ale et crĂ©er du lien. La raison est simple : vous n’avez rien Ă  vendre, vous voulez simplement Ă©couter, comprendre, pour ensuite essayer d’apporter de la valeur. 

‍

Cette Ă©tape n’est pas Ă  prendre Ă  la lĂ©gĂšre car elle peut vous faire gagner beaucoup de temps par la suite. En effet, en la rĂ©alisant, vous devriez avoir :

  • Une comprĂ©hension fine du problĂšme Ă  rĂ©soudre
  • Une dĂ©finition de votre cible idĂ©ale (ce que l’on appelle persona)
  • Des expressions Ă  reprendre pour vous positionner 
  • Une liste de prospects Ă  contacter quand votre offre est prĂȘte 

‍

PlutÎt cool non ? 

‍

Pour vous aider, on a mĂȘme prĂ©parĂ© un petit template Ă  suivre pas Ă  pas pour rĂ©aliser votre Ă©tude de marchĂ© !

Et voici un exemple de l'enquĂȘte quantitative qu'on a lancĂ©e avec Marketing Flow.

💎 Templates :

  • Processus pour rĂ©aliser une Ă©tude de marchĂ© et s’assurer qu’il y a un vrai besoin

👉 Bonne pratique #07 : Co-construire son offre de A Ă  Z avec son audience pour rĂ©pondre parfaitement Ă  son problĂšme.

1 problÚme à résoudre = 100+ solutions possibles pour y répondre.

‍

L’erreur serait de penser que c’est Ă  vous de choisir un peu au hasard, selon votre instinct. Mais non ! Votre rĂŽle de Marketeur·se, c’est de formuler plusieurs hypothĂšses et de les tester auprĂšs de votre cible pour les valider ou les mettre Ă  la poubelle ! C’est la meilleure maniĂšre de vous assurer que l’offre que vous allez crĂ©er aura une rĂ©elle utilitĂ© et qu’elle sera effectivement utilisĂ©e par votre cible. Car oui, votre cible est la mieux placĂ©e pour vous dire ce dont elle a besoin ;)

‍

Voici comment faire pour co-construire votre offre avec votre audience  : 

  1. Partagez des sondages de co-crĂ©ation pour toute nouvelle offre : aspects, fonctionnalitĂ©s, prix, tout doit y passer ! Cela vous permettra d’éviter de perdre du temps et des ressources. Vous pouvez mettre en avant ce type de sondage dans votre newsletter, sur votre site et vos rĂ©seaux sociaux. Et n’oubliez pas de proposer de laisser son email Ă  la fin pour ĂȘtre prĂ©venu de la sortie en avant-premiĂšre et continuer Ă  itĂ©rer ensemble. 
  1. Une fois les bases de l’offre posĂ©es, organisez des ateliers de co-crĂ©ation en physique ou visio avec les utilisateur·trice·s plus engagé·es. Vous pourrez partager la V1 de l’offre et demander des feedbacks pour l’amĂ©liorer sans attendre le lancement.
  2. Proposez rĂ©guliĂšrement Ă  votre audience de voter entre plusieurs options pour affiner l’offre finale. 

‍

Exemples :

‍

  • Michel & Augustin demande rĂ©guliĂšrement l’avis de ses followers pour concevoir ses produits.

2. Penser son offre pour produire moins mais mieux

Le plus gros impact positif se passe au moment de la fabrication du produit, quand on choisit les matiĂšres premiĂšres et la localisation des fournisseurs.

‍

Mais en tant que marketeur·se·s, on n’a pas dit notre dernier mot ! Parce qu’on peut aussi agir sur la maniĂšre de concevoir l’offre, que ce soit au niveau des emballages, ou au niveau du format de commande.

‍

Hop, hop, on vous dit tout dans les deux prochaines bonnes pratiques :

👉 Bonne pratique #08 : RĂ©duire les emballages avec des solutions crĂ©atives pour distribuer son produit.

Plus de la moitiĂ© des consommateur·trice·s affirment aujourd'hui que la recyclabilitĂ©, la durabilitĂ© et la biodĂ©gradabilitĂ© des emballages constituent des facteurs importants dans leurs dĂ©cisions d'achat (source Fevad). C’est pas nĂ©gligeable ça ! Mais c’est quoi exactement un emballage Ă©cologique ?

‍

C’est un emballage qui limite son impact sur l'environnement en prenant en compte l'intĂ©gralitĂ© de son cycle de vie. Cela signifie qu'il limite les ressources et l'Ă©nergie nĂ©cessaires pour sa fabrication et son transport et peut ĂȘtre revalorisĂ© (via la rĂ©utilisation ou le recyclage par exemple) une fois utilisĂ©.

‍

Voici donc 5 idĂ©es hyper concrĂštes pour rĂ©duire l’impact de vos emballages : 

  1. Proposer un systĂšme de regroupement de livraison lorsque vous vendez un abonnement : recevoir les produits tous les 3 mois plutĂŽt que tous les mois par exemple. C’est ce que fait l’entreprise Jho en proposant de modifier la frĂ©quence d’envoi au moment de la commande :

‍

  1. Utiliser des emballages consignĂ©s pour rĂ©utiliser vos emballages sans avoir besoin d’en fabriquer un nouveau Ă  chaque vente. C’est ce que fait l’entreprise Les EmpotĂ©s en proposant des bocaux en verre pour les repas qu’ils rĂ©cupĂšrent ensuite afin de les nettoyer et les rĂ©utiliser :  

‍

‍

  1. Utiliser un packaging compostable. C’est ce que fait l’entreprise Pitumarka en livrant ses vĂȘtements dans un sachet e-commerce compostable en amidon de maĂŻs :

‍

‍

  1. Proposer un systĂšme de recharges minimaliste et Ă©co-responsable pour rĂ©duire au maximum la production d’emballage jetable. C’est ce que fait l’entreprise Refyld en proposant une recharge 100% recyclable :

‍

‍

  1. Valoriser la livraison dans un point relais plutĂŽt qu’à domicile pour rĂ©duire l’empreinte carbone du transport.  

‍

Voici 2 autres idĂ©es pour faire vivre une super expĂ©rience Ă  vos clients et marquer encore plus votre engagement đŸ’Ș

  • Envoyez vos produits dans des colis rĂ©utilisables de chez Opopop:

‍

  • Proposez une livraison du dernier kilomĂštre en vĂ©hicule Ă©lectrique avec Swoopin :

‍

Les solutions existent, il n’y a plus qu’à les activer pour limiter votre impact.

👉 Bonne pratique #09 : Pratiquer la prĂ©commande pour Ă©viter le surstock.

Dans cette bonne pratique, on voulait vous parler d’une pratique qui est de plus en plus courante en Marketing : la prĂ©commande. C’est le fait de vendre des produits avant-mĂȘme de les avoir produits. Le·a client·e commande d’abord, il paie, l’entreprise reçoit l’argent puis lance la production.

‍

Cette pratique a deux grands avantages : 

✅ Limiter le gĂąchis en produisant uniquement des articles qui ont dĂ©jĂ  Ă©tĂ© achetĂ©s.

✅ Sensibiliser les consommateurs au temps que prend la confection d’un article, augmentant ainsi sa valeur perçue et valorisant aussi tout le travail qu’il y a derriùre.

‍

#protip : la rĂ©ussite de vos prĂ©commandes est liĂ©e directement Ă  votre capacitĂ© Ă  co-construire l’offre en amont avec un maximum de personnes dans votre cible (cf partie 1).

‍

On vous a aussi prĂ©parĂ© un petit template qui donne les 4 Ă©tapes Ă  suivre pour lancer des prĂ©commandes qui cartonnent 😉

‍

Voici quelques exemples d’entreprises qui pratiquent la prĂ©commande : 

‍

💎 Template :

  • 4 Ă©tapes pour rĂ©ussir ses prĂ©commandes

3. Fixer un prix juste

Le prix est une composante primordiale de votre offre. C’est d’ailleurs souvent un casse-tĂȘte pour le choisir :

  • Combien ma cible est prĂȘte Ă  payer ?
  • Est-ce que ma marge est suffisante ?
  • Dois-je baisser mon prix et rĂ©duire le budget marketing ? 
  • Ou plutĂŽt l’augmenter et avoir un budget promo ?

Dans une dĂ©marche de co-construction, il est prĂ©fĂ©rable de proposer avec un prix plus faible pour commencer Ă  vendre dĂšs le dĂ©but (mĂȘme si le produit n’est pas encore parfait) puis augmenter le tarif au fur et Ă  mesure au prix le plus juste. 

‍

Mais c’est quoi un prix juste ?

👉 Bonne pratique #10 : Choisir un prix qui permet de rĂ©munĂ©rer justement toutes les parties prenantes.

Le chiffre d’affaires de votre entreprise permet de rĂ©munĂ©rer plusieur·e·s acteur·trice·s :

  1. Vos fournisseurs 
  2. Vos prestataires
  3. Vos partenaires
  4. Vos employé·es
  5. Vous-mĂȘme

Pratiquer un prix juste, c’est ĂȘtre capable de payer chaque acteur de la chaĂźne de valeur pour qu’il puisse vivre convenablement de son activitĂ©. 

‍

Si votre business model ne le permet pas, c’est qu’il faut le revoir. 

‍

Voici un super exemple de la part d’Omie qui montre quel pourcentage du prix rĂ©munĂšre quelle partie prenante : 

👉 Bonne pratique #11 : Proposer un tarif inclusif en l’adaptant aux diffĂ©rents stades de maturitĂ© de sa cible.

MĂȘme si le besoin est identique, tout le monde n’a pas les mĂȘmes moyens pour accĂ©der Ă  la solution. Votre offre (normalement) rĂ©pond Ă  un vrai besoin, mais il y a certainement de nombreuses personnes qui ne peuvent pas y accĂ©der ! Voici par exemple quelques caractĂ©ristiques qui peuvent impacter le pouvoir d’achat :

‍

  • Situation personnelle : Étudiant·e - Au chĂŽmage - Employé·e
  • Statut pro : Association Ă  but non lucratif - Entreprise
  • Niveau de maturitĂ© : TPE - PME - Grand Groupe
  • Nombre de salarié·e·s : <5 - 5 Ă  20 - 20 Ă  50
 

‍

Voici donc 4 idées pour structurer votre tarif de maniÚre à inclure tout le monde :

  1. Pratiquer un tarif en fonction de la situation financiùre de votre cible. C’est ce que fait l’entreprise Ticket For Change en offrant 3 niveaux de contribution :

‍

  1. Proposer des alternatives de tarification en fonction de la situation personnelle du prospect. C’est que ce fait l’entreprise WeDressFair en proposant un tarif adaptĂ© aux personnes en situation de prĂ©caritĂ© :

‍

  1. Pratiquer un tarif adaptĂ© au niveau de besoin de votre cible. C’est ce que fait l’entreprise AssoConnect en proposant une offre gratuite, puis une Ă©volution en fonction des objectifs de sa cible : 

‍

  1. Pratiquer un tarif en fonction du nombre d’employĂ©s dans l’entreprise. C’est ce que fait l’entreprise Carbo de maniĂšre hyper claire en fragmentant son prix de 1 Ă  1000 employé·e·s : 

4. Mesurer en permanence la durabilité et l'utilité de son offre

La sociĂ©tĂ© dans laquelle on vit Ă©volue avec le besoin des consommateur·trice·s et les mĂ©thodes de conception. Ça serait donc dommage de vous endormir sur vos lauriers :).

Le meilleur moyen de durer, c’est d’inscrire son offre dans une dĂ©marche itĂ©rative rĂ©guliĂšre pour l’amĂ©liorer en continu et s’assurer qu’on rĂ©pond toujours Ă  un besoin actuel.

‍

Alors comment on fait ça ?

👉 Bonne pratique #12 : Solliciter ses client·es pour Ă©valuer leur satisfaction et s’assurer que la valeur promise est toujours dĂ©livrĂ©e.

Dans une dĂ©marche responsable, il est impĂ©ratif d’évaluer son offre sur 2 critĂšres :

  • L’utilitĂ© : Est-ce que mon·e client·e continue Ă  se servir de mon offre ? 
  • La durabilitĂ© : Est-ce que mon offre fonctionne toujours ? Est-ce qu’elle apporte toujours les mĂȘmes bĂ©nĂ©fices ? Est-ce qu’elle continue Ă  dĂ©livrer sa promesse ? 

‍

Voici comment vous pouvez faire, en 3 Ă©tapes simplissimes :

  1. Envoyez un email Ă  chaque client·e aprĂšs son achat pour lui demander son niveau de satisfaction, aprĂšs une pĂ©riode de temps minimal qui lui a laissĂ© le temps de tester votre offre de A Ă  Z. Vous pouvez utiliser un outil comme Trustpilot qui permet facilement de l’automatiser : un envoi 60 jours aprĂšs achat par exemple.
  2. Renouvelez cet envoi rĂ©guliĂšrement (par exemple tous les 6 mois) pour lui demander s’il utilise toujours vos produits, s’il continue Ă  les aider, s’il fonctionne toujours parfaitement. Cela vous permettra de mesurer la durabilitĂ© de votre offre afin de l’amĂ©liorer.
  3. Rassemblez toutes les informations récoltées et synthétisez-les pour les transmettre à votre équipe produit. Elle aura alors toutes les données pour faire les choix les plus judicieux afin de faire avancer votre offre dans la bonne direction. 

‍

Voici un exemple d’entreprise qui fait ça super bien : Loom envoie un email Ă  tous ses client·e·s 6 mois aprĂšs leur achat pour leur demander : “est-ce que votre t-shirt vieillit aussi bien que vous ?”.

‍

#protip : dans une dĂ©marche d’amĂ©lioration de votre offre, pensez Ă  rĂ©aliser une analyse de son cycle de vie (ACV).

💎 Templates :

  • Email Ă  envoyer Ă  chaque client·e pour lui demander s’il·elle est satisfait·e.
  • Email de suivi de satisfaction

CE QU'IL FAUT RETENIR

Pour penser une offre utile et durable :

  • RĂ©aliser une Ă©tude de marchĂ© pour confirmer le problĂšme Ă  rĂ©soudre et comprendre pourquoi les solutions existantes ne sont pas suffisantes
  • Co-construire son offre de A Ă  Z avec son audience pour rĂ©pondre parfaitement Ă  son problĂšme.
  • RĂ©duire les emballages avec des solutions crĂ©atives pour distribuer son produit
  • Pratiquer la prĂ©commande pour Ă©viter le surstock.
  • Choisir un prix qui permet de rĂ©munĂ©rer justement toutes les parties prenantes. 
  • Proposer un tarif inclusif en l’adaptant aux diffĂ©rents stades de maturitĂ© de sa cible
  • Solliciter ses client·e·s pour Ă©valuer leur satisfaction et s’assurer que la valeur promise est toujours dĂ©livrĂ©e

INFOGRAPHIE RÉCAPITULATIVE

Téléchargez gratuitement la synthÚse de ce guide :

télécharger
Pilier N°3

Communication : Comment faire la promotion de son offre de maniĂšre responsable ?

C’est souvent le sujet le plus difficile Ă  traiter quand on veut faire du Marketing autrement. Parce qu’à priori, c’est contre-intuitif. D’un cĂŽtĂ©, on veut respecter le libre arbitre et les dĂ©cisions de chacun·e, et de l’autre, on a besoin de faire la promotion de l’entreprise, de ses services et de ses produits pour faire savoir qu’ils existent (et trouver des client·e·s). Ce pilier du Guide a d’ailleurs Ă©tĂ© source de nombreux dĂ©bats pendant les lives de co-construction organisĂ©s avec les membres de Marketing Flow.

‍

On le sait, l’image du Marketing a souvent Ă©tĂ© ternie par des pratiques douteuses et l’utilisation Ă  outrance de “biais cognitifs”. Mais on peut trouver un juste milieu et faire la promotion de ses produits de maniĂšre responsable.

‍

Dans cette partie, on va vous donner 15 bonnes pratiques que vous pouvez mettre en place dÚs demain dans votre stratégie Marketing. Vous allez voir, rien de bien compliqué. Simplement du bon sens et de la ténacité pour tenir ses engagements.

‍

Allez hop, c’est parti mon kiki 👇

1. Adopter une démarche de transparence sur tous ses canaux de communication

Le mot “transparence” a le vent en poupe sur la planĂšte Marketing depuis quelque temps. Et pour cause : ĂȘtre honnĂȘte et dire les choses telles qu’elles sont est une marque de respect envers ses client·e·s. Le·a client·e achĂšte nos produits et services, il·elle dĂ©cide de nous faire confiance pour rĂ©soudre son problĂšme : c’est un acte fort. Alors lui donner toutes les cartes en main pour qu’il fasse un choix Ă©clairĂ©, c’est aussi une preuve d’engagement fort. Et cela demande beaucoup d’humilitĂ©, parce qu’ĂȘtre transparent, c’est parler tout autant de ses qualitĂ©s que de ses dĂ©fauts.

‍

Avec les 5 prochaines bonnes pratiques, on vous donne des exemples hyper concrets de ce que veut dire “ĂȘtre transparent”.

👉 Bonne pratique #13 : Partager avec pĂ©dagogie la composition de ses produits.

C’est un peu devenu un incontournable dans le monde de l’e-commerce Ă  impact, et pour cause ! Partager de maniĂšre honnĂȘte la composition de ses produits, c’est la premiĂšre brique pour construire une relation de confiance avec vos futur·e·s client·e·s.

‍

Mais attention, on ne parle pas d’un mini-encadrĂ© situĂ© tout en bas de votre page produit en police de taille 8 et accessible aprĂšs 4 clics (rien que ça !). Il s’agit d’assumer entiĂšrement la composition des produits.

‍

Alors, oĂč mentionner la composition de vos produits ? 

Plusieurs options : 

  1. Sur les pages produit de votre site internet
  2. Sur votre homepage (si vous vendez un mono produit par exemple)
  3. En “Story à la Une” sur votre compte Instagram
  4. En publication Instagram, TikTok ou LinkedIn au moment de la sortie d’un nouveau produit
  5. Sur vos publicités

Les options sont infinies 🚀

‍

Exemples : 

  • ZĂšta explique la composition de ses produits sur certaines de ses publicitĂ©s Facebook 
  • Reglo a dĂ©diĂ© une section entiĂšre de sa page produit Ă  une analyse complĂšte des ingrĂ©dients prĂ©sents dans ses croquettes :

‍

  • Faguo va encore plus loin en montrant les Ă©missions de CO2 produites pour chacune des chaussures :

👉 Bonne pratique #14 : ReconnaĂźtre ses dĂ©fauts et travailler pour s’amĂ©liorer.

C’est l’apogĂ©e de la transparence pour une marque : reconnaĂźtre publiquement qu’il y a des choses qu’elle fait mal. Ça parait contre-intuitif, et pourtant, ce n’est pas parce que vous reconnaissez que votre dĂ©marche n’est pas parfaite que vous vendrez moins. Le plus important, c'est d’en ĂȘtre conscient·e et de travailler au quotidien pour rectifier le tir.

‍

Les client·e·s que vous attirerez en Ă©tant 100% vous-mĂȘme et honnĂȘte auront plus de chances de devenir fidĂšles. Parce qu’en tant qu’ĂȘtre humain, on aime nouer des liens avec ceux qui montrent leur vulnĂ©rabilitĂ©.

‍

Alors, on fait comment ? DĂ©jĂ , vous pouvez lire tous les avis nĂ©gatifs que vous avez reçus pour les regrouper en thĂ©matiques. Vous pouvez aussi simplement demander Ă  vos Ă©quipes s’il y a des choses Ă  amĂ©liorer Ă  la fois dans vos produits et services, mais aussi dans vos processus, le choix de vos fournisseurs, etc. Et aprĂšs, vous avez le champ libre : vous pouvez en parler sur votre site internet, dans vos magasins, sur vos packagings, sur vos emballages, sur vos rĂ©seaux sociaux, dans un article de blog.

‍

Voici quelques exemples d’entreprises hyper transparentes qui n’ont pas peur de partager leurs dĂ©fauts : 

  • Ici PrĂ©sent a dĂ©diĂ© une page de son site internet Ă  ses dĂ©fauts. Et ce qui est bien fait, c’est la structure des titres de cette page : ils utilisent le pronom “nous”. Par exemple “Notre dĂ©marche n’est pas encore totalement Ă©co-responsable”. 
  • Comme Avant a aussi dĂ©diĂ© une page de son site internet Ă  ses dĂ©fauts, accessible facilement depuis le menu. Mais ils ont aussi mis en place un petit panneau Ă  l’entrĂ©e de chacune de leurs boutiques qui reprend les diffĂ©rents points sur lesquels ils doivent encore s’amĂ©liorer (facilitĂ© d’utilisation des produits, odeur des produits, origine des matiĂšres premiĂšres, etc.).
  • Dream Act Pro mentionne ce qu’il leur reste Ă  amĂ©liorer sur la page “nos engagements” :

👉 Bonne pratique #15 : Expliquer pourquoi et comment est fixĂ© le prix de chaque produit / service.

Pour qu’un produit (ou un service) arrive jusqu’à nous, il faut une multitude de bras et de mains pour le constituer et nous le distribuer. Le problĂšme, c’est que les Ă©conomies d’échelle rĂ©alisĂ©es par les gĂ©ants qui vendent pour des millions d’euros chaque jour + la main d’Ɠuvre sous-payĂ©e Ă  laquelle ils sous-traitent la production, nous ont fait oublier le “vrai” coĂ»t de ce que nous consommons.

‍

C’est pour ça, qu’expliciter la dĂ©composition du prix d’un bien ou d’un service permet de : 

✅ Valoriser toute la chaĂźne de valeur, des fournisseurs de matiĂšres premiĂšres aux commerciaux·ales en passant par la logistique.

✅ Participer Ă  la prise de conscience collective du “vrai” coĂ»t des bons produits.

‍

Exemples d’entreprises qui ont fait ce choix : 

  • Hopaal dĂ©compose rĂ©guliĂšrement le prix de ses vĂȘtements via des publications sur Instagram pour sensibiliser son audience aux coĂ»ts de fabrication d’un vĂȘtement.

‍

  • Chez Marketing Flow, on a aussi fait le choix de la transparence pour expliquer le tarif de l’abonnement dans une page dĂ©diĂ©e de notre site internet. C’est Ă©videmment moins facile Ă  quantifier quand on fait du B2B et qu’on vend un “service”, mais c’était important pour nous de mener cette rĂ©flexion et de la transmettre avec le plus d’honnĂȘtetĂ© possible.

👉 Bonne pratique #16 : RĂ©cupĂ©rer des avis authentiques laissĂ©s par les client·e·s aprĂšs qu’il·elle·s aient consommĂ© le produit ou le service.

On le sait, les avis clients jouent un rĂŽle trĂšs important dans la dĂ©cision d’achat d’un·e utilisateur·trice. C’est la preuve irrĂ©futable que d’autres ont testĂ© avant lui et ont rĂ©solu leur problĂšme grĂące au produit / service. 

‍

Quand on adopte une démarche de Marketing Responsable, on se doit de faire attention à plusieurs choses quand on collecte et utilise ces avis clients : 

✅ Attendre que le·a client·e ait bel et bien utilisĂ© le produit/service avant de lui demander un avis

✅ Diffuser tous les avis, mĂȘme ceux qui sont plus mitigĂ©s

✅ Utiliser un tiers de confiance pour certifier l’authenticitĂ© des avis laissĂ©s (par exemple : TrustedShops, Trustpilot, Avis VĂ©rifiĂ©s)

‍

Exemples :

  • Les Mini Mondes ont une page dĂ©diĂ©e sur le site internet qui regroupe des dizaines de vidĂ©os rĂ©alisĂ©es par les parents (et les enfants !) qui expliquent dans le dĂ©tail ce qu’ils pensent des jouets et carnets de voyage.

‍

  • Chez Marketing Flow, on a Ă  cƓur de recueillir les avis de nos membres, aprĂšs quelques semaines passĂ©es dans la communautĂ©. Et quand une personne nous contacte pour avoir plus d’informations, nous n’hĂ©sitons pas Ă  lui proposer de contacter d’autres membres qui ont le mĂȘme profil pour qu’il·elle·s lui donnent un retour d’expĂ©rience honnĂȘte et sincĂšre.
  • FileVert mentionne les avis de ses client·e·s en bas de la page “En savoir+”. Quand on clique sur le tĂ©moignage, on arrive sur une page beaucoup plus complĂšte avec une interview de l’utilisateur·trice. Aucun doute, ce sont bel et bien de vrais avis !

👉 Bonne pratique #17 : Valoriser ses fournisseurs et partenaires.

Mettre en avant vos fournisseurs, c’est reconnaĂźtre la place importante qu’ils tiennent dans la crĂ©ation d’une offre qui rĂ©pond Ă  un rĂ©el besoin pour vos client·e·s. Bien souvent, on oublie toute la chaĂźne de valeur qu’il y a derriĂšre un produit ou un service qu’on consomme. Et c’est aussi valable en B2B, quand on a plusieurs personnes qui travaillent pour dĂ©livrer un service ;)

‍

Il y a 3 grands avantages Ă  le faire :

✅ Cela permet de sensibiliser les consommateur·trice·s Ă  tout le cheminement que fait une offre avant d’arriver entre leurs mains

✅ Cela permet de reconnaĂźtre leur travail et le rĂŽle qu’il·elle·s tiennent dans votre rĂ©ussite

✅ Cela permet Ă  d’autres entreprises qui ont envie d’amĂ©liorer le sourcing de leurs matiĂšres premiĂšres d’accĂ©der Ă  votre liste de fournisseurs

‍

Encore une fois, plein de possibilités existent pour valoriser le travail de vos fournisseurs. Mais voici quelques exemples cools : 

  • Poiscaille fait des pĂȘcheur·euse·s qui alimentent leurs paniers de la mer une vraie vitrine : il·elle·s sont prĂ©sent·es sur le site, sur leurs rĂ©seaux sociaux, dans leurs emails.
  • Sur les bouteilles de vin OĂ©, on peut dĂ©sormais scanner un QR code pour dĂ©couvrir les vignerons qui ont participĂ© Ă  l’élaboration du vin que l’on est en train de dĂ©guster !

‍

  • Orta propose une page “La suite” accessible depuis le menu du site qui partage tou·te·s les partenaires qui participent Ă  la crĂ©ation de leurs produits, du design jusqu’à la confection. Chaque partenaire est mis en avant dans une vidĂ©o. 

2. Être le·a plus reprĂ©sentatif·ve et inclusif·ve possible quand on communique sur ses offres

On ne va pas se mentir, on a un peu l’impression d’enfoncer des portes ouvertes avec cette partie. Et en mĂȘme temps, on ne pouvait pas prĂ©tendre Ă©crire un guide sur le Marketing Responsable sans en parler !

‍

Sans plus attendre, voici deux choses que vous pouvez mettre en place pour proposer des communications représentatives de la réalité du monde dans lequel on vit.

👉 Bonne pratique #18 : Promouvoir la diversitĂ© dans ses communications.

Cette bonne pratique est simplement lĂ  pour nous rappeler qu’il existe une multitude de personnes et de groupes Ă  qui on s’adresse quand on fait du Marketing. Si on ne fait pas attention Ă  adopter un langage qui parle Ă  tout le monde, on isole d’office certaines personnes qui ne se reconnaissent pas dans nos messages. Et cela participe au morcellement de la sociĂ©tĂ©, qui met de cĂŽtĂ© ceux·elles qui ne “rentrent pas dans les cases”.

‍

Voici 2 canaux Marketing auxquels faire attention pour promouvoir la diversité dans vos actions :

  1. Votre Copywriting : adoptez une Ă©criture inclusive
  2. Vos ÉlĂ©ments visuels (photo produit, images, publications, etc.) : incluez des personnes de diffĂ©rentes origines, couleurs de peaux, morphologies, genres, religions


‍

Et voici des super boĂźtes qui font de beaux efforts pour ĂȘtre inclusives : 

‍

  • Good Stuff a dĂ©fini toute sa stratĂ©gie Marketing et ses contenus pour ĂȘtre les plus inclusifs possible en utilisant le pronom “touxtes” sur son site et son compte Instagram.

‍

  • LOLO Paris a choisi des mannequins reprĂ©sentatifs de notre sociĂ©tĂ© et aux horizons divers. Dans toutes les photos que la marque diffuse, il n’y a jamais deux fois le mĂȘme corps ! Leur offre est mĂȘme basĂ©e sur ce principe : proposer de la lingerie adaptĂ©e Ă  toutes les morphologies.

‍

  • ‍Intrepide Studio a adoptĂ© une communication inclusive et diffuse mĂȘme des Guides sur son compte Instagram pour inspirer des consommateurs et des marques Ă  lui emboĂźter le pas

👉 Bonne pratique #19 : Favoriser l’accessibilitĂ© de son offre aux personnes en situation de handicap.

Toujours dans l’idĂ©e d’inclure tout le monde dans vos messages Marketing, pensez Ă  rendre votre site internet accessible aux personnes en situation de handicap :

‍

Pour les sourd·e·s et malentendant·e·s : 

✅ Sous-titrez vos vidĂ©os 

✅ Proposez diffĂ©rents moyens de vous contacter (formulaire, tĂ©lĂ©phone, chat
)

‍

Pour les malvoyant·e·s : 

✅ Utilisez des couleurs qui contrastent, notamment pour les textes

✅ Utilisez une police assez grande

‍

Pour les visiteur·euse·s dyslexiques : 

✅ Illustrez vos textes avec des graphiques et images

✅ Guidez au maximum la lecture avec des bullet points, des espaces aĂ©rĂ©s et des titres

‍

Pour les personnes en situation de handicap moteur : 

✅ AĂ©rez vos sections, espacez les lignes de vos formulaires

✅ Si vous avez des boutiques, pensez Ă  Ă©largir les entrĂ©es et prĂ©voir une rampe d’accĂšs ;)

‍

Globalement, c’est surtout du bon sens : il faut essayer de rendre vos pages les plus aĂ©rĂ©es et logiques possibles. 

‍

Outil cool à découvrir et facile à installer : 

  • User Way & EqualWeb sont des plugins qui permettent de rendre un site internet plus accessible en un clic. 
  • AChecker permet d’analyser l’accessibilitĂ© de votre site internet rapidement. L’outil fournit aussi des pistes d’amĂ©lioration.

‍

Exemple d’entreprise qui a rendu son site plus accessible : 

  • La Bastide propose un petit widget Ă  droite de l’écran (grĂące Ă  User Way) et prĂ©sent sur tout le site. Ce widget ouvre une console qui permet de changer la police, les couleurs, l’espacement et les contrastes.

‍

3. Aider ses client·e·s à consommer uniquement ce dont ils ont vraiment besoin

On peut tou·te·s se mettre d’accord sur le fait que le plus grand mal de notre siĂšcle, c’est notre besoin constant de surconsommer, et souvent des choses qui ne nous sont pas vraiment utiles ? Oui, hein ? Okay. 

‍

Partant de ce constat, nous, entreprises, avons un rĂŽle Ă  jouer ! Parce qu’il est aussi de notre responsabilitĂ© de nous assurer que nos client·e·s ne consomment que ce dont ils ont rĂ©ellement besoin. Pour faire ça, voici 2 bonnes pratiques que vous pouvez mettre en place 👇

Attention, ce n’est pas facile parce que cela signifie qu’il faut parfois renoncer Ă  de l’argent “facile” pour le bien commun. Encore une fois, ce guide n’a pas pour but de culpabiliser qui que ce soit. On vous donne simplement des pistes d’amĂ©lioration pour aller vers un Marketing plus Responsable ;)

👉 Bonne pratique #20 : Guider l’utilisateur·trice vers un achat utile qui rĂ©pond Ă  son besoin rĂ©el.

Guider et aider l’utilisateur·trice Ă  choisir une offre qui correspond vraiment Ă  son besoin, permet de limiter : 

  • Le gaspillage : un·e client·e qui n’utilise pas le produit qu’il·elle a achetĂ© finira trĂšs certainement par le jeter.
  • La surconsommation : si un·e client·e achĂšte un produit qui ne lui convient pas, il y a de grandes chances qu’il·elle rachĂšte un nouveau produit pour tester s’il lui convient mieux.
  • La frustration d’avoir payĂ© pour un service (ou un produit) qu’on n’utilise finalement pas Ă  son plein potentiel. Outre la mauvaise presse que cela gĂ©nĂšre pour l’entreprise, cela crĂ©e aussi de la mĂ©fiance et encore plus de mĂ©pris Ă  l’égard du Marketing 😱

Dooooonc, pour guider vos utilisateur·trice·s vers un achat vraiment utile, voici quelques idées : 

✅ Mettre en place un diagnostic ou un mini-test pour que chaque visiteur·se Ă©value si votre offre est faite pour lui·elle.

✅ Proposer un appel avec un membre de l’équipe.

✅ Mettre à disposition un Guide d’achat qui explique concrùtement quel produit est fait pour qui.

‍

C’est sĂ»r, avec cette dĂ©marche, il faut parfois accepter de rediriger un·e potentiel·le client·e vers une offre plus “basique” qui rĂ©pondra Ă  100% Ă  son besoin, mĂȘme si votre marge est moins importante qu’avec une offre plus complĂšte. Mais c’est ça aussi ĂȘtre Responsable.

‍

Voici quelques entreprises qui ont adopté cette maniÚre de fonctionner pour vous inspirer :

  • Les fondateurs de l’agence Beyond Growth, ThĂ©o Guillaumin et Tristan Monod, proposent une formule Ă  la carte hyper transparente pour que leurs client·e·s puissent choisir exactement ce dont ils ont besoins par rapport Ă  leur situation et leur objectif, plutĂŽt que de leur vendre un package qu’ils n'utiliseraient pas Ă  100%.

‍

  • Typology propose Ă  toute personne qui arrive sur son site internet de rĂ©aliser un diagnostic de peau hyper complet pour pouvoir lui proposer ensuite des produits adaptĂ©s Ă  ses besoins.

‍

  • Beem Energy propose un petit quizz Ă  rĂ©aliser pour vĂ©rifier que notre maison ou appartement est assez bien Ă©quipĂ©e pour recevoir un de leurs kits solaires. Cela permet tout de suite d’éviter Ă  une personne qui ne remplit pas tous les critĂšres de commander un kit pour rien et de surconsommer.

👉 Bonne pratique #21 : Minimiser l’utilisation de codes promo et coupons de rĂ©duction.

DeuxiĂšme (et pas des moindres !) bonne pratique pour vous assurer que vous ne poussez pas vos client·e·s Ă  surconsommer des produits dont ils n’ont pas besoin : limiter l’utilisation des codes promo. 

‍

Voici 2 bonnes raisons de le faire :

❌ À force de distribuer trop de codes promo, on habitue les consommateur·trice·s Ă  ne pas payer le vrai prix, qui rĂ©munĂšre pourtant les fournisseurs de maniĂšre juste.

❌ Les codes promo dĂ©valorisent tout le travail que demande l’élaboration d’une offre.

‍

Il faut toutefois ĂȘtre rĂ©aliste : les rĂ©ductions sont un levier de conversion extrĂȘmement efficace en Marketing. Donc tout est dans l’équilibre, le juste milieu Ă  trouver entre une croissance forte biberonnĂ©e au code promo, et une croissance qui peine Ă  dĂ©coller.

‍

Avec les membres de Marketing Flow, nous avons donc Ă©laborĂ© une Ă©chelle d’agressivitĂ© des dĂ©marches de rĂ©duction : 0 Ă©tant la dĂ©marche la plus Responsable ; 10 Ă©tant la dĂ©marche la moins Responsable. Elle n’est pas exhaustive, mais elle permet de donner quelques exemples concrets :

  • 🔮 10 : Proposer un code de rĂ©duction en permanence en top bar de son site internet pour tout achat
  • 🟠 7 : Donner un code de rĂ©duction > 10% Ă  la premiĂšre inscription newsletter
  • 🟡 5 : Donner un code de rĂ©duction < 10% Ă  la premiĂšre inscription newsletter
  • 🟱 3 : Offrir la livraison pour la premiĂšre inscription newsletter
  • âšȘ 0 : Offrir une ressource ou un cadeau pour le premier achat

‍

Pour booster vos ventes de maniĂšre plus responsable, l’idĂ©e est donc d’offrir quelque chose en plus au lieu de baisser votre prix 😉

‍

Voici quelques exemples d’entreprises qui limitent l’utilisation des codes de rĂ©duction :

  • Montlimart ne fait jamais de soldes avec des promos : Ă  la place, l’équipe prĂ©fĂšre offrir un petit cadeau en plus Ă  partir d’un certain montant d’achat (des gants, une gourde, etc.). Cela reste exceptionnel et trĂšs ponctuel.
  • We Dress Fair pratique les “soldes libres” : chaque client·e est libre de choisir le montant de rĂ©duction qu’il·elle souhaite appliquer Ă  ses achats. C’est une bonne maniĂšre de sensibiliser les consommateur·trice·s et de les responsabiliser :)
  • ‍Carbo propose une version d’essai gratuite de son application pour faciliter l’acquisition de nouveaux·elles utilisateur·trice·s sans recourir Ă  des campagnes de rĂ©duction agressives.

4. Respecter le temps des personnes qui sont dans sa base de données

Le temps : tout le monde a l’impression d’en manquer constamment. C’est mĂȘme devenu un marchĂ© Ă  part entiĂšre : le marchĂ© de l’attention. Toutes les marques se battent pour arriver Ă  attirer l’attention des utilisateur·trice·s, et grappiller ainsi un peu de leur temps.

‍

Les consommateur·trice·s sont assaillis en permanence de messages de vente (plusieurs milliers par jour en moyenne đŸ€Ż). Parfois, des messages qu’il·elle·s ont choisi de voir, et parfois non. Alors, par respect pour leur (notre !) temps, on vous propose quelques bonne pratique Ă  suivre pour valoriser leur temps, tout autant que vous valorisez le vĂŽtre.

👉 Bonne pratique #22 : Être transparent·e sur la frĂ©quence d’envoi des newsletters et faciliter la dĂ©sinscription.

Quels que soient les emails que vous envoyez, dites-vous que c’est quand mĂȘme une intrusion dans le quotidien de votre audience. Vous vous insĂ©rez dans le flux des messages qu’il·elle·s Ă©changent avec leurs collĂšgues, prestataires et client·e·s ou parmi les emails qu’ils Ă©changent avec mamie Colette. 

‍

On l’a tous vĂ©cu : quand les emails s’accumulent, on peut vite se sentir dĂ©bordé·e et agressé·e. Ça participe grandement Ă  augmenter notre charge mentale. En tant que Marketeurs responsables, notre rĂŽle est donc de tout faire pour minimiser cette charge mentale, pour le bien-ĂȘtre de tou·te·s.

‍

Pour cela, on vous propose 2 actions hyper simples à mettre en place : 

  1. Au moment de l’inscription Ă  une newsletter, informez toujours l’utilisateur·trice de la frĂ©quence d’envoi. Il·elle doit avoir toutes les cartes en main quand il·elle dĂ©cide de vous laisser son adresse email. Et si vous prĂ©voyez d’envoyer un peu plus que prĂ©vu de temps en temps pour parler d’une nouvelle offre par exemple, c’est ok ! Simplement, mentionnez-le aussi, soit sur la page d’inscription, soit sur la page de confirmation d’inscription :)
  2. Ajoutez un lien de dĂ©sinscription facilement accessible Ă  la fin de chacun de vos emails pour laisser l’opportunitĂ© Ă  toute personne qui sent sa charge mentale augmenter de pouvoir s’en libĂ©rer.

‍

Voici quelques exemples :

‍

  • Jho Ă©crit noir sur blanc Ă  la fin de ses emails comment faire pour se dĂ©sinscrire, avec un CTA hyper clair.

‍

  • Wopilo propose facilement de se dĂ©sinscrire de sa newsletter tout en bas de l’email :

👉 Bonne pratique #23 : Segmenter correctement sa base de donnĂ©es pour Ă©viter le spam.

Qui ne s’est jamais dit “j’en peux plus de tous ces emails qui ne me concernent mĂȘme pas, c’est relou” ? Personne. Haha. Pratiquer un Marketing Responsable, c’est aussi choisir de ne pas spammer inutilement les membres de sa base de donnĂ©es. 

‍

Concrùtement, ça veut dire qu’il faut segmenter les adresses emails pour envoyer : 

✅ Les emails de vente à des prospects uniquement

✅ Les newsletters Ă  ceux qui ont demandĂ© Ă  les recevoir uniquement

‍

C’est surtout du bon sens : envoyer le bon message Ă  la bonne personne au bon moment ! Et le double effet kiss-cool, c’est que ça permet aussi de ne pas dĂ©grader la dĂ©livrabilitĂ© de votre adresse email (et donc Ă©viter de tomber dans les spams de vos abonnĂ©s). Autre astuce : vous pouvez aussi proposer Ă  vos abonné·e·s (notamment au moment de la dĂ©sinscription) de cocher les messages qu’ils souhaitent recevoir. La plupart des outils d’emailing offrent cette option. 

‍

Exemples : 

  • Poiscaille permet Ă  ses abonné·e·s de se dĂ©sinscrire au type de newsletter qu’ils ont reçu. Par exemple, Ă  la fin des emails informatifs ou de vente exceptionnels. Et le CTA est trĂšs clair : en cliquant, tu te dĂ©sinscris uniquement de certaines communications.

‍

  • La page de dĂ©sinscription aux emails de LITA.CO propose de sĂ©lectionner les newsletters qu’on souhaite continuer Ă  recevoir.

👉 Bonne pratique #24 : Limiter le taux de rĂ©pĂ©tition de ses publicitĂ©s.

Quand on diffuse des publicitĂ©s Facebook, Instagram ou TikTok par exemple, on fait le choix de s’introduire dans le fil d’actualitĂ© de notre cible, sans qu’elle ait demandĂ© quoique ce soit. C’est un format de publicitĂ© intrusif, Ă  l’inverse de la publicitĂ© Google, par exemple, qui s’affiche aprĂšs que l’utilisateur·trice ait fait sa requĂȘte dans le moteur de recherche. 

‍

Le problĂšme, c’est que quand on a des super rĂ©sultats, on a beaucoup de mal Ă  appuyer sur le bouton “pause”, mĂȘme si le taux de rĂ©pĂ©tition de nos publicitĂ©s est extrĂȘmement Ă©levĂ©. Et c’est normal, ça fonctionne, ça rapporte du chiffre d’affaires, pourquoi tout arrĂȘter ? Eh bien
 Non seulement, ce n’est pas trĂšs Ă©thique de montrer 20 fois la mĂȘme publicitĂ© Ă  quelqu’un qui n’a visiblement pas envie de passer Ă  l’achat ; mais en plus, cela peut endommager l’image de marque de l’entreprise sur le long terme.

‍

On vous propose donc de vous fixer des limites à ne pas dépasser : 

✅ Gardez un taux de rĂ©pĂ©tition infĂ©rieur Ă  2 pour les audiences froides sur les 7 derniers jours

✅ Gardez un taux de rĂ©pĂ©tition infĂ©rieur Ă  4 pour les audiences chaudes (retargeting, upselling, followers, abonnĂ©s) sur les 7 derniers jours 

✅ Mettez Ă  jour les visuels de vos publicitĂ©s de maniĂšre rĂ©guliĂšre pour Ă©viter qu’elles ne deviennent abrutissantes

Exemples : 

‍

👉 Bonne Pratique #25 : PrivilĂ©gier des outils de communication peu Ă©nergivores et Made in France

First thing first, c’est quoi des outils de communication ? Ce sont tous les outils qui vous permettent d’entrer en contact avec votre cible : CRM, emailing, rĂ©seaux sociaux, flyers, automatisation des messages, etc.

‍

Pour faire votre choix, Ă©videmment, le critĂšre N°1 est la performance et la qualitĂ© de l’outil. Faire du Marketing avec un outil peu Ă©nergivore, c’est top, mais s’il ne tient pas la route, c’est de l’argent perdu !

‍

Ensuite, il y a 2 aspects à prendre en compte : 

  1. La quantitĂ© d’énergie/CO2 que consomme l’outil. À noter qu’internet est responsable de 4% des Ă©missions de gaz Ă  effet de serre !
  2. Le pays d’origine de l’outil : autant favoriser les outils français qui permettent de crĂ©er de l’emploi local.

‍

Quelques outils cools et performants Ă  regarder :

  • đŸ‡«đŸ‡·đŸŒ± Klip & FileVert : outils français pour envoyer des piĂšces jointes en minimisant leurs Ă©missions en CO2.
  • đŸ‡«đŸ‡·đŸŒ± Ksaar : outil no-code français codĂ© en propre et le moins Ă©nergivore du marchĂ©.
  • đŸ‡«đŸ‡· Agorapulse : outil français pour gĂ©rer tous vos rĂ©seaux sociaux en un seul endroit.
  • đŸ‡«đŸ‡· Sendinblue : outil français pour gĂ©rer vos newsletters et automatisations.
  • đŸ‡«đŸ‡· Loire Impressions : une imprimerie eco-responsable qui sensibilise ses clients Ă  limiter les impressions de flyers inutiles et valorise un meilleur ciblage de leurs campagnes print. Ils proposent aussi des encres et papiers Ă©co-responsables.

👉 Bonne pratique #26 : Éco-concevoir son site internet

Éco-concevoir son site c’est limiter au maximum les fioritures, aller au plus simple et Ă©purer.

‍

Voici 3 outils qui permettent de calculer l’accessibilitĂ©, la performance et l’empreinte carbone gĂ©nĂ©rĂ©e par votre site internet :

‍

Voici quelques bonnes pratiques pour votre site : 

✅ Éviter d’intĂ©grer des vidĂ©os directement dans le site

✅ Éviter les images trop lourdes et prĂ©fĂ©rez les formats WebP et SVG

✅ Faire charger les images qu’une fois que le·a visiteur·euse a scrollĂ© la page

✅ Éviter les animations, etc.

✅ HĂ©berger son site sur un hĂ©bergeur Ă©cologique comme EX2

‍

Bonus : avec le jeu dĂ©veloppĂ© par Digital.Green, vous pouvez recrĂ©er en 2 minutes votre site internet pour voir son impact, et apprendre au passage quelques bonnes pratiques Ă  mettre en place directement ! À la fin du jeu, vous pouvez mĂȘme tĂ©lĂ©charger un guide d’éco-conception avec les dos & don’t :

‍

Voici des exemples de sites éco-conçus : 

  • Le site de Biodiversity Impulsion group obtient un score de 97/100 sur Kastor. Il a Ă©tĂ© rĂ©alisĂ© par l’entreprise Light-Communication. 
  • Le Low-tech Lab permet d’accĂ©der Ă  une page depuis son footer qui dĂ©crit comment et pourquoi leur site internet a Ă©tĂ© Ă©co-conçu (score Website Carbon : 96%):

‍

Pour aller plus loin, voici un super guide : Le Guide d’écoconception de services numĂ©riques.

👉 Bonne Pratique #27 : Travailler avec des influenceur·se·s responsables qui partagent les mĂȘmes valeurs

Enfin, il nous paraissait important de finir ce pilier en parlant d’influence. Pour trois raisons principales : 

> La premiĂšre, c’est que l’influence joue un rĂŽle de plus en plus important dans les stratĂ©gies Marketing actuelles. Les influenceur·euse·s reprĂ©sentent aujourd’hui une force de frappe Ă©norme dans les dĂ©cisions d’achat des consommateur·trice·s. 

> La deuxiĂšme, c’est que les influenceur·euse·s que vous choisissez sont votre porte drapeau : il·elle·s vĂ©hiculent votre image et vos valeurs.

> La troisiĂšme, c’est qu’un achat, c’est un vote. En achetant un produit mis en avant par un·e influenceur·euse, le·a consommateur·trice dĂ©cide de lui faire confiance et de le rĂ©munĂ©rer. 

‍

Il nous paraĂźt donc super important de prĂȘter une attention particuliĂšre au choix des influenceur·euse·s avec lesquels vous allez travailler. Vous devez vous assurer qu’il·elle·s : 

  1. Partagent vos valeurs
  2. Utilisent vraiment vos produits avant de les promouvoir
  3. Travaillent uniquement avec des marques engagĂ©es, comme vous. Ou a minima, qu’il·elle·s ne promeuvent pas des marques qui sont Ă  l’opposĂ© de vos engagements.

‍

Exemples : 

  • Peau Neuve sĂ©lectionne les marques avec lesquelles elle travaille pour ne promouvoir que des produits qui correspondent Ă  ses valeurs.

💎 Template :

  • 4 Ă©tapes pour convaincre des influenceur·euse·s qui partagent vos valeurs

CE QU'IL FAUT RETENIR

Pour faire la promotion de son offre de maniĂšre responsable :

  • Partager avec pĂ©dagogie la composition de ses produits
  • Reconnaitre ses dĂ©fauts et travailler pour s’amĂ©liorer
  • Expliquer pourquoi et comment est fixĂ© le prix de chaque produit / service
  • RĂ©cupĂ©rer des avis authentiques laissĂ©s par les client·e·s aprĂšs qu’il·elle·s aient consommĂ© le produit ou le service
  • Valoriser ses fournisseurs et partenaires
  • Promouvoir la diversitĂ© dans ses communications
  • Favoriser l’accessibilitĂ© de son offre aux personnes en situation de handicap
  • Guider l’utilisateur·trice vers un achat utile qui rĂ©pond Ă  son besoin rĂ©el
  • Minimiser l’utilisation de codes promo et coupons de rĂ©duction
  • Être transparent·e sur la frĂ©quence d’envoi des newsletters et faciliter la dĂ©sinscription
  • Segmenter correctement sa base de donnĂ©es pour Ă©viter le spam
  • Limiter le taux de rĂ©pĂ©tition de ses publicitĂ©s 
  • PrivilĂ©gier des outils de communication peu Ă©nergivores et Made in France
  • Éco-concevoir son site internet
  • Travailler avec des influenceur·euse​​·s responsables qui partagent les mĂȘmes valeurs

INFOGRAPHIE RÉCAPITULATIVE

Téléchargez gratuitement la synthÚse de ce guide :

télécharger
Pilier 4

Relation : Comment créer un rapport de confiance avec ses utilisateur·trice·s ?

La confiance avec un·e client·e prend des mois Ă  se construire, pourtant elle peut ĂȘtre dĂ©truite en quelques secondes. Parfois, on peut oublier que derriĂšre chaque commande et abonné·e sur les rĂ©seaux sociaux il y a une vraie personne. L’automatisation Ă  outrance, la non-personnalisation des messages, le scrapping, et autres pratiques qui ont explosĂ© ces derniĂšres annĂ©es pour faire gagner du temps aux Marketeurs, renforcent ce sentiment de dĂ©shumanisation des relations. 

‍

Alors pour éviter cela, ne pas tomber dans le piÚge et instaurer un rapport de confiance total avec vos utilisateur·trice·s, voici quelques bonnes pratiques :

1. Proposer un parcours utilisateur fluide et sans confusion

Votre parcours utilisateur est la premiĂšre expĂ©rience que vivra un·e client·e avec votre entreprise avant mĂȘme d’utiliser votre produit ou service. Il est donc hyper important de le travailler pour qu’il soit alignĂ© avec vos valeurs et votre image de marque. 

‍

Et surtout : qu’il soit clair comme de l’eau de roche (oui, on peut toujours dire cette expression
). 

Le rapport avec le Marketing Responsable ? Le voilĂ  : un·e utilisateur·trice qui vit une expĂ©rience fluide n’a pas l’impression de se faire berner, ou qu’on essaie de lui cacher certains coĂ»ts par exemple. Il·elle sait exactement Ă  quoi s’en tenir, de A Ă  Z.

👉 Bonne Pratique #28 : Faire des promesses rĂ©alistes.

Les mots ont un pouvoir : choisissez-les avec soin. 

‍

Survendre votre offre, c’est planter une graine qui se transformera en dĂ©ception pour vos client·e·s, sĂ»rement pas en recommandation. Mais surtout, c’est une tromperie : vous promettez Ă  votre client·e quelque chose qu’il·elle ne pourra pas obtenir en achetant votre offre.

‍

Voici quelques situations concrĂštes dans lesquelles il est important d’ĂȘtre rĂ©aliste dans vos promesses :

  • Temps pour obtenir des bĂ©nĂ©fices : Votre offre apporte des bĂ©nĂ©fices au bout de 6 mois ? Alors c’est ce qu’il faut noter noir sur blanc, pas 1 mois parce que “c’est plus vendeur”. 
  • Livraison : Vos dĂ©lais de livraison sont en retard en ce moment ? Mettez-les Ă  jour sur votre site.
  • RĂ©sultats Ă  espĂ©rer : L’obtention de rĂ©sultats va demander beaucoup de travail Ă  votre prospect ? Cela ne sera pas facile et rapide ? Dites-le et expliquez pourquoi. 

‍

Faßtes des promesses réalistes ! :)

💎 Template :

  • Email pour prĂ©venir les clients en cas de retard de livraison

👉 Bonne Pratique #29 : Ne pas induire en erreur ses utilisateur·trice·s pendant leur expĂ©rience d’achat.

Vous avez dĂ©jĂ  entendu parler du terme Dark Pattern ? C’est une interface utilisateur qui a Ă©tĂ© spĂ©cialement conçue pour tromper ou manipuler un·e utilisateur·trice.

‍

Il existe différentes formes de Dark pattern (à bannir absolument) :

  • Demander Ă  l'utilisateur·trice de cocher une case pour ne pas s'abonner Ă  une newsletter.
  • Faire culpabiliser l’utilisateur·trice pour qu’il·elle s’inscrive Ă  un lead magnet. 
  • Ajouter automatiquement une option payante au panier de l’utilisateur·trice. 
  • Dissimuler des Ă©lĂ©ments ou en compliquer l’accĂšs, pour se dĂ©sabonner par exemple. 
  • Simuler la raretĂ© d’une offre pour pousser Ă  la consommation.
  • Attirer le.a consommateur·trice avec des tarifs faussement attractifs.

‍

Voici un exemple de Volotea qui tente d’upseller ses offres avec des options supplĂ©mentaires et qui fait croire avec un CTA bien choisi qu’elles permettent “d’économiser de l’argent” en les achetant : 

‍

‍

Vous l’aurez compris, il y a tout ce qu’il ne faut pas faire là-dedans :). 

‍

La clartĂ© et l’honnĂȘtetĂ© doivent ĂȘtre votre cheval de bataille pour crĂ©er une relation de confiance avec vos client·e·s afin de les fidĂ©liser.

‍

Dans la mĂȘme veine que les dark pattern, il faut aussi faire attention Ă  l’utilisation des fameux biais cognitifs.

‍

Un biais cognitif est une forme de pensĂ©e qui dĂ©forme notre traitement de l'information. Cela impacte nĂ©gativement notre pensĂ©e logique et rationnelle et nous Ă©carte de la rĂ©alitĂ©. En bref, on finit par faire quelque chose que l’on aurait jamais fait normalement. 


Malheureusement les biais cognitifs font partie de notre quotidien, il en existe plus de 250. Chaque message que l’on lit, chaque expĂ©rience que l’on vit peut dĂ©clencher en nous l’un de ces biais.

‍

Par exemple : 

> Quand je m'attribue le mĂ©rite de mes rĂ©ussites et que j’attribue mes Ă©checs Ă  des facteurs extĂ©rieurs dĂ©favorables, c’est un biais cognitif (Le biais d'autocomplaisance). 

> Quand je favorise des gens qui appartiennent Ă  un mĂȘme groupe que moi comparativement aux personnes qui n'en font pas partie, c’est un biais cognitif (Le biais de favoritisme intragroupe)

‍

Vous l’avez compris, les biais cognitifs ne sont pas liĂ©s uniquement au marketing. Quoi que l’on vive, ils peuvent s’activer de maniĂšre automatique et ils sont trĂšs durs Ă  conscientiser pour s’en prĂ©munir. 

‍

C’est pour cela qu’en tant que marketeur·euse, notre devoir Ă©thique est de ne pas les utiliser pour manipuler les consommateur·trice·s. 

‍

Par exemple :

> Ne pas inventer de fausse deadline : “Plus que 24h pour profiter de
” (c’est le biais d’urgence). 

> Ne pas crĂ©er un faux prix plus Ă©levĂ© que le prix normal : “29€ au lieu de 1500€” (c’est le biais d’ancrage)

> Ne pas inventer un stock limitĂ© : “Seulement 2 disponibles” (c’est le biais de raretĂ©)

‍

Allez, maintenant, stop. C’est la seule bonne pratique oĂč on dit du mal de quelque chose 😉 On repart sur des conseils positifs !

👉 Bonne Pratique #30 : Faciliter la fermeture des pop-ups et s’assurer qu’elles sont pertinentes.

La pop-up est toujours un sujet qui fait dĂ©bat : j’en mets ? Je n'en mets pas ? Notre rĂ©ponse est : oui. Parce que si elle est bien faite, elle peut ĂȘtre une Ă©norme source de leads et donc de business pour votre entreprise, tout en apportant une valeur rĂ©elle Ă  votre cible. Ça serait dommage de s’en priver ! 

‍

Voici quelques pré-requis pour assurer une bonne expérience à vos utilisateur·trice·s avec votre pop-up: 

  1. Apporter de la valeur : la proposition de valeur de votre popup doit aider votre visiteur·euse Ă  avancer vers son objectif. Évitez au maximum les codes promo et demandez-vous : quelle ressource pourrait l’aider dans sa prise de dĂ©cision ou dans l’atteinte de son objectif pour lequel il s’est rendu sur mon site ?
  1. Moment d’apparition : Laissez le temps Ă  vos visiteur·euse·s de dĂ©couvrir votre site et votre proposition de valeur dans son ensemble avant de faire apparaĂźtre votre popup. Vous avez 2 options pertinentes pour respecter cela : 

> Activer le mode “exit popup” pour que la pop-up n'apparaisse que lorsque le·a visiteur·euse est en train de sortir du site (sa souris sort du site sur ordinateur ou il·elle scrolle rapidement vers le haut sur mobile). 

> Activer l’apparition Ă  un % de scroll de votre site : par exemple 40%. Quand un·e utilisateur·trice a parcouru 40% de votre page, la pop-up apparaĂźt. 

  1. Lieu d’apparition : Évitez de faire apparaitre votre pop-up sur les pages qui sont liĂ©es au processus d’inscription ou d’achat. Quand un·e utilisateur·trice est en train de finaliser son choix, il a besoin d’ĂȘtre au calme et serein. Favorisez plutĂŽt une landing page ou un article de blog par exemple. Et choisissez un contenu en lien avec la page sur laquelle votre visiteur·euse est. 
  1. Taille et position : Pop-up n’est pas forcĂ©ment Ă©gal Ă  un Ă©cran qui vient recouvrir tout le site ou Ă  une grosse box qui apparaĂźt en plein milieu. Vous pouvez par exemple crĂ©er une petite pop-up qui apparaĂźt sur le cĂŽtĂ© de l’écran et qui ne coupe pas la lecture du site. 
  1. Fermeture : La fermeture de la pop-up doit se faire hyper facilement. Mettez en avant le “X” en termes de design pour que l’utilisateur·trice puisse la fermer rapidement et continuer son parcours s’il·elle n’est pas intĂ©ressé·e par la proposition de valeur prĂ©sentĂ©e. 

‍

Voici quelques exemples de pop-ups cool : 

  •  L'IndisciplinĂ©e propose un mĂštre ruban dans sa pop-up afin de connaĂźtre son tour de taille et mieux choisir ses vĂȘtements en ligne, malin pour aider les visiteuses Ă  choisir leurs vĂȘtements :

‍

  • Vendredi propose une pop-up trĂšs discrĂšte qui n’interrompt pas la lecture du site et qui apporte de la valeur au·à la visiteur·euse en lui proposant d’accĂ©der aux rĂ©sultats d’une Ă©tude qu’ils ont menĂ©e.

‍

  • Make Sense propose aussi une pop-up qui s’inscrit trĂšs bien dans le design du site et ne parait donc pas du tout agressive. En plus, elle permet directement Ă  l’utilisateur·trice de mettre en place des actions pour atteindre son objectif.

👉 Bonne Pratique #31 : Clarifier et faciliter les conditions de retours et remboursement.

Lorsqu’un·e consommateur·trice entre dans une phase d’achat, il·elle passe toujours par une phase de doutes. Il·elle se pose la fameuse question : ”Est-ce que ça va vraiment marcher pour moi ?”

‍

Ce qui veut dire :

  • Pour les vĂȘtements : Est-ce que ça va bien m’aller ? 
  • Pour une formation : Est-ce que ça va m’aider Ă  atteindre mon objectif ?
  • Pour de la nourriture : Est-ce que je vais aimer ?

‍

C’est lĂ  que les conditions de retour entrent en jeu pour y rĂ©pondre. La loi française impose aux entreprises une pĂ©riode de retour de 14 jours Ă  partir de la date d’achat (source). Vous pouvez dĂ©cider d’augmenter cette pĂ©riode ou non, de financer le retour ou non. 

‍

Le plus important est que ces conditions soient les plus claires possible pour vos client·e·s. Parce qu’il n’y a rien de pire que de devoir faire 5 dĂ©marches diffĂ©rentes pour se faire rembourser : ça donne l’impression qu’on ne respecte pas le·a client·e et ses dĂ©cisions.

‍

Voici deux leviers à activer : 

  1. Affichez clairement la condition de retour sur vos pages produits en expliquant Ă  qui est la charge du retour. Liez-la Ă  une page dĂ©diĂ©e sur votre site internet afin d’expliquer clairement le processus. 
  2. Si vous appliquez la mention “satisfait ou remboursĂ©â€, expliquez clairement comment faire la demande, la deadline, les prĂ©-requis (preuve d’utilisation ou non) ainsi que la mĂ©thode de remboursement (argent, chĂšque-cadeau,..). 

‍

Voici quelques entreprises qui font ça trÚs bien :

‍

  • SMALA a rĂ©digĂ© un processus clair pour procĂ©der Ă  un retour :

‍

  • La boutique en ligne LATER propose une politique “satisfait·e ou remboursé·e” pour tous ses produits jusqu’à 1 an aprĂšs leur achat !

‍

  • Bloon Paris aussi propose des conditions de retour claires et faciles Ă  comprendre pour sa politique “30 jours d’essai”

2. Favoriser des échanges humains avec ses client·e·s

À l’ùre de l’automatisation et du 100% digital, l’humain a un rĂŽle d’autant plus important Ă  jouer pour crĂ©er du lien et de la confiance. En tant que Marketeur·euse·s, on est aux premiĂšres loges pour entrer en contact direct avec nos client·e·s. Il est donc important que l’on humanise au maximum les Ă©changes avec nos client·e·s. C’est la meilleure maniĂšre de leur donner de l’importance, et de leur montrer respect et considĂ©ration.

‍

On a donc 2 bonnes pratiques Ă  vous donner pour cela :

👉 Bonne Pratique #32 : Donner plusieurs options Ă  ses utilisateur·trice·s pour ĂȘtre contacté·e·s.

Le support client est un avantage compĂ©titif certain en marketing
 quand il est bien gĂ©rĂ©. Les deux mots d’ordre sont : accessibilitĂ© et empathie. 

‍

AccessibilitĂ© : l’utilisateur·trice doit pouvoir contacter le support de plusieurs maniĂšres possibles (email, tĂ©lĂ©phone, rĂ©seaux sociaux
). C’est une belle preuve d’inclusion et d’acceptation que chaque personne est diffĂ©rente. Eh oui, certains ne sont pas du tout Ă  l’aise Ă  prendre leur tĂ©lĂ©phone, et c’est ok.

Empathie : pour valoriser vos client·e·s et respecter leur temps, limitez l’utilisation des bots. Et essayez, autant que possible, de permettre Ă  vos utilisateur·trice·s de contacter des vraies personnes, qui seront capables de comprendre leurs problĂšmes et cerner leur individualitĂ©. 

‍

Voici 3 choses concrÚtes à mettre en place : 

  1. IntĂ©grer un live chat Ă  votre site internet pour permettre Ă  vos visiteur·euse·s de vous poser une question de maniĂšre instantanĂ©e. C’est parfait pour dĂ©bloquer vos utilisateur·trice·s et fluidifier le parcours d’achat en direct.
  2. Afficher votre email Ă  plusieurs endroits de votre site internet (page produit, landing, footer
) pour faciliter la prise de contact de vos visiteur·euse·s.

  3. Si possible, afficher votre numéro de téléphone pour permettre à vos client·e·s de vous joindre facilement (sur votre site, dans vos emails). 

‍

Exemples d’entreprises qui favorisent l’empathie et l’accessibilitĂ© pour ĂȘtre contactĂ©es : 

  • L’entreprise Beem Energy met en avant les diffĂ©rentes options pour Ă©changer sur une page dĂ©diĂ©e Contactez-nous : 

‍

  • Makesense propose une page “Contact” qui mentionne toutes les personnes qu’il est possible de contacter. Cela permet Ă  l’utilisateur·trice de ne pas perdre de temps, et lui donne l’impression qu’on a bel et bien compris sa problĂ©matique (#empathie) Ă  savoir : trouver le bon contact Ă  qui poser vos questions.

👉 Bonne Pratique #33 : Permettre Ă  son audience de rĂ©pondre aux emails qu’on envoie.

L’emailing n’est pas un levier transactionnel à sens unique. C’est un levier conversationnel. 

‍

Si vous dĂ©cidez de le considĂ©rer comme une plateforme d’échange avec votre audience, vous allez intuitivement crĂ©er du contenu beaucoup plus humain. 

‍

2 conseils pour faire cela : 

  1. Envoyer des emails en tant que personne et pas en tant qu’entreprise. Qui est la personne derriĂšre la rĂ©daction des emails ? Mettez-la en avant pour crĂ©er une relation personnelle. 
  1. Inciter vos abonné·e·s à répondre aux emails en leur proposant simplement en bas de chaque email et leur répondre de maniÚre personnalisée. 

‍

C’est parti pour des super exemples pour vous inspirer : 

  • Violette, la co-fondatrice d’Atelier-Unes envoie un email Ă  un client en lui apportant de la valeur (comment entretenir le produit que tu viens d’acheter) et en proposant de rĂ©pondre si besoin :

‍

  • Chez Marketing Flow, on propose aux lecteur·trice·s de la newsletter Les p’tits hacks marketing de nous rĂ©pondre. Voici la petite phrase qui est notĂ©e en bas de chaque email : “💡Un feedback, une idĂ©e ? RĂ©pondez simplement Ă  cet email :)”

3. Partager les coulisses et les avancées de son aventure pour entretenir une relation de proximité

C’est la derniĂšre partie de ce Guide et on voulait mettre l’accent sur un dernier concept, qui reboucle avec le tout premier pilier du Guide : la mission de votre entreprise. AprĂšs avoir lu et appliquĂ© les bonnes pratiques de ce guide, vous ĂȘtes parĂ©s pour faire du Marketing plus responsable. Mais n’oublions pas qu’in fine, le plus important, c’est d’Ɠuvrer chaque jour pour avancer vers votre mission, l’objectif de vie de votre entreprise.

‍

Et pour engager vos client·e·s dans votre aventure, il faut sortir d’une relation transactionnelle. Vos client·e·s, ce sont les briques solides qui vous permettent chaque jour de faire un pas de plus vers votre objectif. Les tenir informé·e·s de vos avancĂ©es et leur montrer les coulisses, c’est la meilleure maniĂšre de leur donner envie de prendre part Ă  votre aventure, de vous aider encore plus Ă  atteindre vos objectifs. C’est aussi une maniĂšre de leur donner deux places de choix : celle de spectateur·trice de votre changement, et celle d’acteur·trice pour un monde plus Responsable.

‍

Bref, voici 2 bonnes pratiques qui vont vous aider à créer ce lien si particulier avec vos client·e·s :

👉 Bonne Pratique #34 : Expliquer les raisons de ses choix.

Le dĂ©veloppement d’une entreprise est liĂ© Ă  une suite de choix qui se transforment en actions. Ces actions ont souvent un impact direct sur le principal acteur concernĂ© : les client·e·s. 

‍

Il y a alors 2 options :

  • Option 1 : prendre ses dĂ©cisions en interne et les mettre en application.
  • Option 2 : Impliquer ses client·e·s dans le processus de A Ă  Z. 

‍

Évidemment, on vous recommande l’option 2 😉

‍

Et voici comment faire concrÚtement pour impliquer vos client·e·s : 

  1. Avant de prendre une dĂ©cision, prĂ©sentez l’idĂ©e Ă  un petit groupe de client·e·s pour recevoir leurs retours et recommandations.
  2. En fonction des feedbacks, adaptez la mise en application de la dĂ©cision pour qu’elle soit le mieux accueillie. 
  3. Partagez la nouvelle à tous vos client·e·s dans un email ou un post sur les réseaux sociaux. 
  4. Expliquez la raison et l’intĂ©rĂȘt de cette dĂ©cision. 

‍

Cette derniĂšre Ă©tape est cruciale. Si le·a client·e ne sait pas exactement pourquoi vous avez pris telle ou telle dĂ©cision, il·elle peut commencer Ă  faire des hypothĂšses, qui peuvent ĂȘtre positives ou nĂ©gatives. Pour Ă©viter cela et couper court Ă  toute hypothĂšse, il suffit de partager les raisons de vos choix avec beaucoup de transparence. Comme ça tout le monde est alignĂ© sur le mĂȘme narratif et le niveau de confiance est au beau fixe. 

‍

Quelques exemples cools : 

  • Wedressfair explique dans un email pourquoi ils pratiquent les soldes qui peuvent, Ă  premiĂšre vue, ĂȘtre trĂšs Ă©loignĂ©es de leur mission et de leurs engagements : 

‍

  • Loom et Marketing Flow qui expliquent avec transparence pourquoi leurs prix augmentent  :

👉 Bonne Pratique #35 : Partager des bilans et les avancĂ©es vers sa mission.

Un des rĂŽles du marketing est d’embarquer ses clients dans son aventure. Vous, entreprise, ĂȘtes le hĂ©ros qui avance vers un objectif avec l’aide d’allié·e·s : vos client·e·s. Le meilleur moyen de crĂ©er un sentiment d’appartenance et de les impliquer est de raconter vos avancĂ©es avec transparence. 

‍

Pour faire cela, vous pouvez par exemple choisir un rythme régulier (tous les mois, trimestres, semestres) et partager les coulisses de votre entreprise. 

‍

Voici quelques idĂ©es d’élĂ©ments que vous pouvez partager :

  • Votre chiffre d’affaires
  • Le nombre de client·e·s
  • Votre note de satisfaction globale
  • Le nombre de produits / services que vous avez vendus
  • L’impact positif que cela reprĂ©sente
  • L’évolution de l’équipe
  • Les problĂ©matiques que vous avez eues Ă  rĂ©soudre 
  • Les prochains objectifs
  • L’aide dont vous avez besoin pour les atteindre
  • Votre vision concernant votre industrie

Plus vous serez transparent·e, plus vous serez en mesure de créer un lien unique avec vos client·e·s. 

‍

Et voici quelques exemples d’entreprises qui le font trùs bien :

  • Hopaal a rĂ©digĂ© un article sur son blog pour faire un bilan de son annĂ©e 2021. Au programme : les produits, les fabricant·e·s, les nouveautĂ©s, la vision
 
  • Pierre partage rĂ©guliĂšrement le bilan de Marketing Flow.

CE QU'IL FAUT RETENIR

Pour créer un rapport de confiance avec ses utilisateur·trice·s :

  • Faire des promesses rĂ©alistes. 
  • Ne pas induire en erreur ses utilisateur·trice·s pendant leur expĂ©rience d’achat
  • Faciliter la fermeture des pop-ups et s’assurer qu’elles sont pertinentes 
  • Clarifier et faciliter les conditions de retours et remboursement
  • Donner plusieurs options Ă  ses utilisateur·trice·s pour ĂȘtre contacté·e·s.
  • Permettre Ă  son audience de rĂ©pondre aux emails qu’on envoie. 
  • Expliquer les raisons de ses choix 
  • Partager des bilans et les avancĂ©es vers sa mission

INFOGRAPHIE RÉCAPITULATIVE

Téléchargez gratuitement la synthÚse de ce guide :

télécharger

Conclusion : Maintenant, c'est Ă  vous de jouer :)

Nous avons rédigé ce guide pour aider un maximum de marketeur·euse·s à améliorer leurs pratiques et à adopter un marketing plus responsable. 

‍

Nous rĂȘvons de voir les entreprises devenir plus transparentes, plus honnĂȘtes, plus engagĂ©es, plus humaines et on espĂšre que ce guide aidera Ă  faire avancer les choses dans ce sens. 

‍

Qu’en pensez-vous ? Qu’allez-vous mettre en place ? :) Écrivez-nous sur hello@marketingflow.fr, on sera ravi de vous lire !

‍

Enfin, nous aimerions remercier de tout notre cƓur les 30+ membres de Marketing Flow qui ont contribuĂ© Ă  la crĂ©ation de ce guide. Vous avez Ă©tĂ© une fois de plus remarquables, on a beaucoup de chances de vous avoir Ă  nos cĂŽtĂ©s. MERCI de co-construire cette belle aventure avec nous ! 

‍

Pierre & MĂ©gane,

Co-fondateurs de Marketing Flow

‍

INFOGRAPHIE RÉCAPITULATIVE

Téléchargez gratuitement la synthÚse de ce guide :

télécharger

Qui a participé à la rédaction de ce guide ?

Ils sont tous membres de Marketing Flow. 
36 marketeurs et marketeuses qui ont décidé de mettre leurs valeurs éthiques et environnementales au premier plan.
Il·elle·s essaient, chaque jour, de pratiquer un Marketing plus Responsable.

Un immense merci à eux 💛

Marie Fauchille
Fondatrice @Andy Family
Tiphanie Meyer
CMO @Chargemap
Jean-Baptiste de Tourris
Co-fondateur @Vista Ballon
Charlotte Bréchet
Digital Marketing Manager @APO France
Lucie Sevaistre
Freelance Graphic Designer pour entreprises engagées
LĂ©a Gueniffet
Freelance Google Ads, Facebook Ads et SEO pour entreprises engagées
Guillem Sales Turrel
Freelance Ghostwriter pour entreprises engagées
pierre guilbaud co-fondateur de marketing flow
Pierre Guilbaud
Co-fondateur @Marketing Flow
MĂ©gane Boutelou
Co-fondatrice @Marketing Flow
Amanda Biggs
Freelance Communication & Marketing Digital Ă©co-conscient
matthieu jungfer
Matthieu Jungfer
Co-fondateur & CEO @Atelier Unes
Paul Charon
Co-fondateur @Omaj
Gaël Aymard
Co-fondateur @Podcast Mania
Jean-Guillaume Thyere
Fondateur @Pitumarka
Stéphane Wahlen
Brand & Marketing Director indépendant, Executive Coach
Thomas Birault
Freelance Copywriter pour entreprises engagées
Julia Sartre
Fondatrice @The Trusted Partner
Romain Trublard
Freelance Expert en tracking et Analytics pour entreprises engagées
Théo Guillaumin
Co-fondateur @Beyond Growth
Thibault Lanéry
Co-fondateur @La Tribu
Marie-Lou Deschamps
Co-fondatrice @La Classe Verte
Justine Desthieux
Digital Marketing & Growth Manager @Kiplin
Cindy Senez
Consultante en Marketing Digital pour entreprises engagées
Clara Bruet
Consultante en Marketing Digital et Growth pour entreprises engagées
Julia Musset
Consultante en Stratégie de Marque et analyse qualitative pour entreprises engagées
Tessa Georges
Freelance Conceptrice pédagogique et Rédactrice pour entreprises engagées
Guillaume De Sousa
Responsable Marketing & Expérience client @Loire Impression
Florian Leblanc
Associate Director @ Make It Count
Marine Baumert
Chargée de projets Marketing @Energy's
Brendan Doucen
Chargé de Marketing Digital @J'aime mes Dents & Artisan Upcycling
Nathan Chovet
Co-fondateur @Day Mode
Mathilde Baron
Chargée de Communication @Les Réparables
Vlad Cerisier
Freelance RĂ©dacteur Web
Pauline Destoumieux
Cheffe de projet Marketing Digital @Secoya Ecotournages
Pauline Galy
Co-fondatrice @Linverse
Alexandra Noirault
Consultante en communication @Bee Yoo